CPI: le nigérian Chile Eboe-Osuji prend la tête de la présidence

4 Vues, 1 Aujourdhui

Après Fatou Bensouda, un autre africain fait la fierté du continent notamment dans l’organigramme de de la Cour Pénale Internationale (CPI). Il s’agit du juge nigérian Chile Eboe-Osuji, qui devient le nouveau président de cette institution, succédant ainsi à la juge argentine Silvia Fernández de Gurmendi.

Chile Eboe-Osuji a été élu dimanche 11 mars 2018, avec « effet immédiat » pour un mandat de 3 ans, a indiqué une note transmise aux médias par le bureau de la CPI. Le juge tchèque Robert Fremr est élu premier vice-président et le juge français Marc Perrin de Brichambaut est le 2e vice-président.

Dans une première déclaration, le nigérian a tenu à remercier ses collègues qui ont placé leur confiance en lui en l’élisant à ce poste.

« Je suis très honoré de la confiance témoignée par mes pairs qui m’ont élu Président de la Cour. Alors que je prends mes fonctions, je trouve encourageant de pouvoir compter sur la vaste expérience des deux vice-présidents… Je me réjouis à l’avance de pouvoir travailler avec eux de même qu’avec tous les juges et le personnel de la Cour. J’entrevois également avec grand enthousiasme ma collaboration avec l’Assemblée des États parties, la société civile et la communauté internationale, afin de consolider et renforcer le système du Statut de Rome », a déclaré le Nigérian, sans oublier d’exprimer sa reconnaissance à celle qui l’a précédé, Silvia Fernández de Gurmendi, et les deux anciennes vice-présidentes.

Dans ses prérogatives, le président de la CPI définit les orientations stratégiques pour l’ensemble de la Cour. Il se charge également de la bonne administration de l’institution et de la supervision des activités du greffe.

Six nouveaux juges dont une béninoise, élus par l’Assemblée des États-parties, ont également pris fonction le  9 mars dernier.

Avant d’occuper aujourd’hui le poste de président de la CPI, le juge Eboe-Osuji, né à Anara, Imo, au Nigeria, le 2 septembre 1962, a occupé plusieurs autres fonctions. Il est titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Calabar, au Nigeria, d’une maîtrise en droit de l’Université McGill, Montréal, Québec, Canada et diplôme en droit de l’Université d’Amsterdam, aux Pays-Bas. Eboe-Osuji a été appelé au barreau nigérian en 1986 et y a brièvement pratiqué. Après avoir obtenu sa maîtrise en droit de McGill en 1991, il a travaillé comme avocat au Canada, après avoir été admis au Barreau en Ontario et en Colombie-Britannique en 1993.

De 1997 à 2005, M. Eboe-Osuji a travaillé au Tribunal pénal international pour le Rwanda en qualité d’avocat de la poursuite et de conseiller juridique principal auprès des juges du tribunal. De 2005 à 2007, il a travaillé au Canada comme avocat et conférencier. Travaillant pour le Tribunal spécial pour la Sierra Leone en tant que procureur principal en 2007/08 et retournant au TPIR de 2008 à 2010 en tant que chef de chambre, il est devenu conseiller juridique de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Navi Pillay en 2010, Il a également été nommé à titre de substitut du Procureur principal du Tribunal spécial pour la Sierra Leone dans le cas de Charles Taylor, l’ancien Président du Libéria.

Le 16 décembre 2011, Eboe-Osuji a été élu juge de la Cour pénale internationale. Il a remporté le poste au quinzième tour de l’Assemblée des États Parties. Il a pris ses fonctions le 11 mars 2012.

 

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *