Algérie/Equipe nationale: trois matches amicaux face à la Tanzanie, l’Iran et le Portugal

L’équipe nationale algérienne drivée pour rappel par Rabah Madjer, secondé dans sa tâche par Djamel Menad et Meziane Ighil jouera deux matches amicaux en ce mois de Mars 2018 et un autre au mois de Juin. Le premier face à la Tanzanie au stade du 05-Juillet le 22  et l’Iran en Autriche à partir de 18 h00 aussi.

Sur les 24 joueurs convoqués pour la préparation de ces deux joutes amicales, où on retrouve pas moins de onze (11) éléments évoluant dans le championnat local (Ligue 1 Mobilis) alors que les autres jouent actuellement à l’étranger, notamment en Europe.

Une première depuis plusieurs années, ou un coach de l’équipe nationale algérienne convoque autant de joueurs locaux, et cela ne peut être que synonyme d’un début de réhabilitation des joueurs qui évoluent dans le championnat Algérien.

Auparavant, ils étaient très critiqués. Sur les onze convoqués ont pour noms Mohamed Naâmani et Abdelkadir Salhi du CR Belouizdad, Abdennour Belkheir et Mohamed Amine Abid du CS Constantine, Farid El-Mellali et Toufik Moussaoui du Paradou AC, Salim Boukhanchouche de la JS Kabylie,  Faouzi Chaouchi du MC Alger.

Ces éléments ont fini par taper dans œil du coach national. « Nous devons faire confiance au joueur local pour le réhabiliter, il n’y aura pas de différence entre les locaux et les professionnels », avait déclaré le coach en chef de l’équipe nationale algérienne, Rabah Madjer lors de son premier point de presse tenu peu après sa désignation, en remplacement de l’espagnol Lucas Alcaraz en octobre 2017.

Les observateurs de la balle ronde  affirment qu’en composant pratiquement d’un demi de l’effectif appelé à défendre les couleurs nationales lors de ces deux matchs amicaux, le coach national a voulu par là donner la chance aux joueurs du cru de montrer ce dont ils sont capables. Ces onze éléments retenus par l’entraîneur national rendent par la mêle occasion espoir aux joueurs de cette catégorie, longtemps découragés par les différents sélectionneurs qui se sont succédé à la barre technique et qui misaient souvent sur ceux formés dans le vieux continent, l’Europe en l’occurrence.

Comme exemple, l’un  des ex-sélectionneurs de l’équipe nationale d’Algérie, le Français Christian Gourcuff avait retenu quatre joueurs de cru seulement dont deux gardiens de buts pour ses deux derniers matchs à la tête des « Verts » face à l’Éthiopie en mars 2016, dans le cadre des qualifications de la CAN 2017.

Pour ses deux débuts à la tête de la sélection en novembre 2017 face au Nigeria sur le score d’un but partout (1/1), puis victoire  sur tapis vert sur le score de trois à zéro (3/0) en clôture des qualifications du Mondial 2018 et en amical face à la Centrafrique sur le même score de 3 à 0, Madjer a retenu huit (08) éléments évoluant en Algérie dont Abdelmoumen Djabou (ES Sétif).

Ce qui confirme sa stratégie qui est en train de la mettre en place depuis son arrivée. En plus des onze éléments du championnat national, le coach a convoqué cinq exerçant à l’étranger mais formés en Algérie, à savoir Ramy Bensebaini du Stade rennais (France), Baghdad Bounedjah d’Al-Sadd (Qatar) et Zinédine Ferhat du Havre (France), Hilal Soudani  du Dynamo Zagreb (Croatie) et Islam Slimani du Newcastle (Angleterre). Soulignons aussi que la sélection nationale algérienne jouera un autre match amical le 7 juin prochain à Lisbonne face au onze du Portugal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *