« Touki Bouki »: ce film sénégalais qui a inspiré la dernière tournée de Jay-Z et Beyoncé

31 total views, 2 views today

À la fin du court métrage annonçant leur tournée «On The Run II», Jay-Z et Beyoncé sont assis sur une moto, ornée d’un crâne à longues cornes de taureau. Un concept qui n’est pas si original que ça.

Le clip au ralenti, qui fournit également une image fixe pour la plupart du matériel promotionnel de la tournée, est un clin d’œil direct à l’affiche de Touki Bouki, un film sénégalais classique de 1973 du cinéaste Djibril Diop Mambéty, qui raconte les rêves d’exil de deux jeunes Dakarois.

Fait comme un documentaire, ce film dépeint la grimace urbaine et les rituels traditionnels. Alors que Mory et Anta complotent leur fuite à Paris, ils conçoivent un plan exagéré qui apporte au film une narration satirique et des éléments visuels esthétiquement riches.

Cette production avait été couronnée à sa sortie du prix de la critique internationale à Cannes. En 2008, Touki Bouki a été encore honoré, lorsque la fondation de Martin Scorsese, World Cinema Project, a décidé de le restaurer.

Teemour Diop Mambéty, fils du réalisateur de Touki Bouki et ayant-droit de la production a déclaré ne pas avoir été contacté avant la réalisation du visuel par le couple américain. On se demande alors si c’est une usurpation ou un hommage ?

Beyoncé et l’Afrique

Ce n’est pas la première fois que le couple puise du continent africain. Beyoncé en particulier. Pour «Run The World (Girls)» de 2011, elle a dû apprendre Pantsula, une danse originaire des townships d’Afrique du Sud pendant l’apartheid, et a invité de jeunes danseurs mozambicains à la rejoindre dans la vidéo.

De même, son album Lemonade (2016) a aussi emprunté de l’Afrique à travers des costumes et du folklore tirés du continent, et via des collaborations avec des artistes africains. Lors des Grammys 2017, Beyoncé enceinte a presté dans une tenue rappelant la divinité mère nigériane Oshun.  Les danseurs de « Sorry » étaient par ailleurs ornés des peintures corporelles complexes de l’artiste visuel Yoruba Laolu Senbanjo.Tout comme , en 2013, elle citait la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie dans le titre Flawless.

Toutefois, et comme lors de la première tournée On the Run, le couple ne jouera pas dans une seule ville africaine pendant On the Run II.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.