Sierra-Léone: l’histoire d’une danseuse classique va être adaptée au cinéma par Madonna

L’histoire de Mabinty Bangura est le type de parcours dont raffole le cinéma américain. Rebaptisée « Michaela DePrince », la sierra-léonaise d’origine possède un vécu digne d’un scénario hollywoodien.

Devenue une danseuse classique reconnue, son histoire va intéresse au plus haut point la chanteuse américaine Madonna. Après la société de cinéma et de télévision MGM, qui s’est octroyée les droits de son autobiographie sortie en 2014, c’est au tour de la reine de la pop de se pencher sur la vie de l’une des rares danseuses noires de ballets occidentaux.

Selon la presse outre-Atlantique, Madonna envisage de réaliser un long-métrage inspiré de l’histoire de la native de Freetown. Madonna entend se servir de l’histoire singulière de la jeune orpheline pour réaliser son troisième film. L’adaptation au cinéma de la vie de Mabinty sera assurée par la scénariste Camilla Blackett, renseignent les gazettes américaines.

Pour comprendre pourquoi Michaela DePrince suscite tant de passion, il faut remonter plus loin.

Née en Sierra Leone, en 1995, en pleine guerre civile, la danseuse de 23 ans va vite se retrouver orpheline. Alors qu’elle n’avait que 3 ans, son père se fait abattre par les rebelles. Comble de malchance, sa mère perdra elle aussi la vie quelques mois plus tard de la terrible fièvre Lassa. Atteinte d’une maladie de la peau, le vitiligo, la petite fille est abandonnée par son oncle dans un orphelinat. De ses confessions, elle y subira les « pires brimades ».

L’histoire de Michaela n’est pas faite que de drames. Il y a aussi une heureuse fin. A l’âge de 4 ans, elle est adoptée par un couple américain. Elle rejoint les États-Unis où elle deviendra danseuse professionnelle, non sans difficultés. Rare femme de couleur dans un univers de « blancs », elle sera confrontée au racisme.

« Quand j’étais enfant, je me rappelle d’un des directeurs qui disait qu’il ne met pas beaucoup d’efforts dans les petites filles noires, parce qu’elles finissent par devenir grosses », confiait-elle dans une interview accordée au Guardian. Mabinty Bangura est aujourd’hui première danseuse du ballet national des Pays-Bas.

« Le parcours de Michaela m’a parlé à la fois en tant qu’artiste et activiste qui comprend ce qu’est l’adversité », a commenté Madonna dans la presse. « Nous avons une opportunité unique de mettre un coup de projecteur sur la Sierra Leone et de permettre à Michaela d’être la voix de tous les orphelins aux côtés desquels elle a grandi. Je suis honorée de pouvoir donner vie à son histoire », a ajouté l’artiste de 59 ans.

Rappelons que Michaela DePrince est déjà apparue, dans son propre rôle, dans un documentaire intitulé Le Concours de danse de la productrice américaine Bess Kargman, sorti en 2012.

Les critiques cinématographiques indiquent que le film sur Bangura ne sera pas le premier que Madonna réalisera sur une histoire impliquant l’Afrique. En 2008, la chanteuse avait réalisé le documentaire I Am Because We Are sur les orphelins du Malawi, où elle a adopté quatre enfants.

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Michaela DePrince"

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Michaela DePrince"

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Michaela DePrince"

Image associée

Image associée

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Michaela DePrince"

Résultat de recherche d'images pour "Michaela DePrince"

Image associée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *