Côte d’Ivoire : Adama Traoré, le peintre ‘’sans bras’’ séduit au MASA

La 10ème édition du Marché des Arts et Spectacles d’Abidjan (MASA) qui a lieu cette semaine offre l’occasion de découverte unique. C’est l’exemple de ce peintre pas comme les autres, qui suscite curiosité et admiration des visiteurs.

Adama Traoré affectueusement appelé Adamo est  manchot et infirme des membres inférieurs. Mais malgré ces handicaps, l’homme de 38 ans réussi à se faire remarquer par la qualité de ses travaux. Des travaux habituellement réalisés avec la main. Pour combler son handicap, le peintre ‘’sans bras’’ réalise ses tableaux à travers les pinceaux à la bouche.

La justesse et la beauté de ses œuvres pousse les artistes chevronnés, les curieux à faire de sa place, un passage obligé. ‘’Ce peintre courageux est un modèle pour ceux qui prétextent de leur handicap pour quémander’’, apprécie un diplomate africain à la vue de l’artiste.

De l’histoire son histoire, on retient qu’Adamo est ‘’infirme et sans mes deux bras’’ dès la la naissance dans la commune de Treichville. Jusqu’à 9 ans, il restera à la charge de ses parents. C’était  ‘’une charge pour mes parents qui ne m’ont pas scolarisé’’ relate-il.

Mais comme souvent, un beau jour, le petit Adamo voit sa vie transformée lorsque la  Française Marie Odile Bilberon qui dirigeait ‘La Providence’, un centre pour enfants handicapés, accepte accueillir pour s’occuper de son éducation.

‘’C’est dans ce centre où nous étions près de 200 pensionnaires que  je m’initie au dessein grâce à Marie Odile qui m’a appris à mettre les couleurs, à les harmoniser avec du gouache’’, se souvient-il.

Cest dans cet environnement qu’Adamo a grandi et s’est rendu compte de la grande capacité qu’il a dans la peinture. Lassina Traoré, son compagnon du centre et désormais  son manager                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      se souvient encore comme si c’etait hier. ‘’Le stylo entre le menton et le bout des bras qui lui reste, Adamo s’applique avec une précision inimaginable’’

Sur ses toiles, Adamo représente souvent la nature qui d’après lui se dégrade, du fait des mauvais agissements de l’homme.  ‘’Mes tableaux  éveillent la conscience collective, tirent la sonnette d’alarme sur les questions  de l’écologie et de la biodiversité’’ indique l’ivoirien.

Toutefois, l’handicapé a un souhait. Il voudrait ne pas être assimilé à un débrouillard. Plutôt un ‘’ artiste plein, un créateur’’.

En 2016 il  enlevé le Prix d’Excellence du gouvernement avec à la clé, une enveloppe de 10 millions pour ses œuvres malgré sa situation physique. La même année, il va être désigné comme mascotte du concept ‘’ l’Ivoirien nouveau’’ pour son talent et l’exemple qu’il donne à la jeunesse.

Au MASA 2018, son lieu d’exposition est très fréquenté et il en a profité pour prendre de nombreux contacts pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *