Nigéria: l’écrivain Elnathan John allume les projecteurs les « almajirai »

La sphère littéraire nigériane a  accueilli un nouveau membre dès le début de cette nouvelle année. L’écrivain Elnathan John fait une entrée remarquable dans la littérature avec son œuvre « Né un Mardi ». Le romancier emporte les amoureux de la littérature d’après Jeune Afrique, dans un monde de bruit fureur, où le sang coule à flots, où la corruption et la violence s’exprime à chaque coin de rue.

L’œuvre rapporte l’histoire de Dantala, une inspiration de la relation entre l’auteur et une de ses connaissances. Il s’agit d’un jeune savant musulman itinérant de Sokoto, envoyé à Zaria pour étudier le Coran, explique Elnathan John.

« Il étudiait dans une école coranique et, comme des centaines d’autres, il effectuait des tâches ménagères pour les étudiants, lavait leurs assiettes, leurs habits, faisait leurs courses», rapporte Jeune Afrique.

« Une âme douce, dotée du plus pur et du plus sincère sourire que j’aie jamais vu. Nous avions de longues conversations sur sa vie, ce qui m’a permis de comprendre à quel point j’étais ignorant du système des almajirai et du tutorat islamique, utilisé par les professeurs et les parents pour se débarrasser des jeunes garçons ou les exploiter dans des conditions de vie inhumaines. Si Dantala est le produit de mon imagination, celle-ci a été nourrie par les milliers de jeunes hommes qui sont dans sa situation », a déclaré le jeune écrivain.

Si l’auteur a choisi la satire et la fiction, l’histoire de Dantala se rapproche au vécu de certains jeunes nigérian. « Né un mardi » est un cri de cœur et un éveil à la conscience qui rentrera probablement dans les œuvres littéraires des grands écrivains nigérians à l’instar de Wolé Soyinka et de ses compères.

On appelle communément ‘’almajirai ‘’ des jeunes, de mendiants, d’analphabètes, de chômeurs parfois diplômés et même de petits et de moyens cadres qui ne trouvent pas leur place dans le tissu économique et social nigérian faute d’emplois ou de formation suffisante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *