Togo/Menaces de reprise des manifs par l’opposition: voici la position des diplomates !

La situation politique togolaise est préoccupante à juste titre. Le dialogue entamé depuis le 19 février 2018 entre les protagonistes de la crise sous la houlette de la Facilitation ghanéenne n’avance manifestement pas.

La Coalition a, depuis un moment commencé à brandir les menaces de reprise des manifestations, alors que le pouvoir de son côté continue l’organisation unilatérale du processus électoral.

Les deux parties se regardent en en chiens de faïence.  Cette situation interpelle les diplomates accrédités au Togo, réunis sous la bannière du groupe des 5. Ils viennent de sortir une déclaration, invitant les deux parties à revenir à de meilleurs sentiments.

Dans une déclaration conjointe de la Coordination du Système des Nations Unies, la délégation de l’Union Européenne et les ambassades d’Allemagne, des États-Unis d’Amérique et de France, les diplomates ont exprimé leur reconnaissance aux autorités ghanéennes pour leur engagement en faveur du dialogue politique inter-togolais et soutiennent leurs efforts.

Constatant les difficultés auxquelles est confronté la Facilitation, le groupe des cinq appellent les parties à respecter les engagements pris dans le cadre de la préparation et du déroulement des premières séances du dialogue inter-togolais qui a débuté le 19 février.

Les diplomates invitent par ailleurs les acteurs politiques à  dépasser les positions de principe et à s’engager sans délai, dans l’intérêt de tous les Togolais, dans une discussion de fond sur les questions constitutionnelles et électorales, afin de parvenir à un accord sur les réformes dans le respect de l’État de droit et des dispositions légales et constitutionnelles en vigueur.

Le groupe des 5 demande aux protagonistes de la crise togolaise à parvenir à un accord sur un cadre démocratique rénové et consensuel, afin que les électeurs togolais puissent exprimer un choix dans des élections libres et transparentes.

Notons qu’une délégation de la Facilitation, dirigée par le ministre de la Sécurité du Ghana, Albert Kan-Dapaah séjourne depuis quelques jours à Lomé. Cette délégation multiplie les rencontres avec les acteurs politiques pour décanter la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *