Plus de 27 millions de dollars pour la protection du fleuve Niger

Dans le cadre de la protection du fleuve Niger, le projet de réhabilitation économique et environnementale du fleuve Niger (PREEFN) a été élaboré. Il vient d’être approuvé par la Banque mondiale.

L’institution financière va financer à cet effet le PREEFN à hauteur de 27,8 millions de dollars. Le projet va également bénéficier d’un don et d’un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) de plusieurs millions de dollars.

La protection du fleuve Niger va assurer aux populations l’existence de nombreux avantages, notamment en transport, dans l’accès à l’eau et à différents produits. Le Projet de réhabilitation économique et environnementale du fleuve Niger sera bénéfique aux agriculteurs ruraux, aux opérateurs ruraux, aux agriculteurs et aux pêcheurs.

Au total, près de 100000 personnes vont bénéficier du PREEFN.

Le chef de service chargé de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale au pôle Environnement et ressources naturelles de la Banque mondiale, Benoit Bosquet a indiqué que le PREEFN va répondre au défi de la sécurité alimentaire et de la réduction de la pauvreté. Le projet va « renforcer la résilience au changement climatique et d’atténuer la concurrence autour des ressources du fleuve. Il permettra également de réaliser les principaux objectifs du cadre de partenariat avec le Mali en créant des débouchés économiques pour les femmes et les jeunes et en luttant contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire ».

Pour Souleymane Kane, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali, « la réhabilitation du fleuve figure parmi les priorités des autorités maliennes et s’inscrit dans le Programme national de sauvegarde du fleuve Niger, adopté par le gouvernement en 2016 ».

« Le projet PREEFN contribuera donc à rendre la navigation et les services portuaires plus efficaces tout le long du fleuve et prouvera qu’il est possible de restaurer l’environnement et d’améliorer les moyens de subsistance dans l’un des écosystèmes les plus fragiles du pays » analyse-t-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *