Crise dans le football ivoirien: Sidy Diallo acculé, la FIFA joue aux pompiers

Les affaires ne s’arrangent pas pour Augustin Sidy Diallo, le Président de la Fédération ivoirienne de football (FIF). Dans le bras de fer qui l’oppose avec le G42, un mouvement regroupant 38 clubs et 4 mouvements sportifs, il apparaît de plus en plus isolé.

Certaines anciennes gloires du football ivoirien comme Bonaventure Kalou ont ouvertement pris position contre lui. Et même Didier Drogba, habituellement silencieux, y est allé un temps de sa pique.

Informée de l’ambiance délétère qui règne au sein de l’instance ivoirienne de football, la FIFA avait dépêché à Abidjan courant janvier, un de ses émissaires, lequel avait rencontré Sidy Diallo. La faîtière mondiale de football a pris le soin d’inviter les protagonistes à son siège de Zurich pour une tentative de conciliation.

Ainsi, depuis le mardi 20 mars, les principaux acteurs se trouvent dans la ville suisse pour une approche de solution dans l’espoir d’une sortie définitive de la crise.

Les dissidents à Sidy réclament l’organisation d’une Assemblée générale extraordinaire en vue de révoquer ce dernier. Une requête rejetée par la FIF pour des faits jugés non conformes aux textes qui régissent le football du pays.

Guerre des tranchées

Le Président de la FIF est taclé pour son bilan sportif et sa gestion de l’instance. La Fédération, a jugée « irrecevable » la requête du G42, qui exigeait la tenue d’une assemblée générale extraordinaire, destinée à le démettre de sa fonction avant la fin de son second mandat. Cette impasse a conduit Sidy Diallo au palais présidentiel, ou il a été reçu par Alassane Ouatarra. Le chef de l’État voulait en savoir plus sur cette crise, « nuisible » pour l’image de la Côte d’Ivoire.

Le G42 de son côté, estime qu’il représente 51% des 81 clubs actifs de toutes les catégories qui ont le droit de vote afin de statuer sur la tenue d’une AG extraordinaire. En réponse, Diallo et ses soutiens ont, quant à eux, réuni 48 clubs à leur cause. Seulement, parmi ces clubs qui soutiennent Diallo, certains sont des clubs amateurs et n’ont pas le droit de vote. Diallo a certes des soutiens mais, il est fragilisé.

« Le problème, c’est que Sidy Diallo gère la fédération de manière très autoritaire. J’avais mené campagne pour lui, mais j’ai vite été déçu par son comportement. Quand il a été élu, il a commencé par mener une véritable chasse aux sorcières. Diallo a ouvert des fronts partout, alors que le rôle d’un président est de rassembler, de fédérer autour de lui », a commenté Bonaventure Kalou, l’ancien international.

D’après les indiscrétions, la FIFA se serait prononcée contre la démarche du G42.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *