Musique : le ghanéen Jae Deen, porte-flambeau du rap islamique

Il y a le gospel chez les chrétiens et il y a les « nasheed » chez les musulmans. Des styles de chant d’obédiences religieuses. Mais ce que le public ne maîtrise pas encore est le « Hip hop islamique ». Depuis le début de l’année 2018, au Canada, un duo de rappeurs contribue à populariser ce genre musical. Mieux, ils cartonnent. En effet, depuis ses reprises de titres de chansons populaires de célébrités américaines avec des paroles religieuses, le groupe Deen Squad fait le buzz sur internet.

En reprenant les tubes « Havana » et « God’s Plan » en version « musulmane », Deen Squad ne s’attendaient surement pas à un tel succès. Plus d’un demi-million de vues pour « Havana » (Muslim remix) etplus de 2 millions de vuespour « Allah’s Plan » (Remix de God’s Plan du rappeur Drake)en l’espace de quelques jours.

A l’origine du projet du duo, un jeune ghanéen, Joshua Asare. Également connu sous le nom de Jae Deen, Joshua est un chanteur et rappeur qui possède aussi la nationalité canadienne. Né dans la ville d’Ottawa, le bonhomme de 24 ans s’est forgé une notoriété sur les réseaux sociaux. Converti à l’islam à l’âge de 15 ans, Jae a débuté sa carrière avec des remixes de chansons populaires. Son association, en janvier 2015, avec le libanais d’origine Karter Zaher, lui aussi de nationalité canadienne,va davantage booster leur carrière respective. Avec le groupe Deen Squad, le duo de rappeurs va vite faire l’objet de curiosité. Un groupe de rap musulman qui vise à apporter la saveur islamique au hip-hop, c’est un fait rare !

Très vite, les médias sociaux s’intéressent à eux. Ce qui conduit à leur suivi. Avec Zaher, Joshua va coordonner et gérer des centaines d’événements internationaux et voyager dans plus de quarante pays. Les vidéos de Deen et Karter vont apparaître sur les nouvelles nationales deschaînes de télévisions anglaises, BBC et canadiennes, CBC. Plusieurs articles en ligne leurs seront dédiés.Le monde arabe commence peu à peu à les suivre.

Fils d’émigré, Joshua Asare, dans un premier temps, a rapidement gagné de la reconnaissance lors de spectacles locaux. À la fin de l’année 2014, il a commencé, bien avant de rencontrer son complice libanais sur les bancs de la fac, à publier des vidéos de lui-même en ligne, ce qui lui a permis d’atteindre une certaine popularité.

Il a notamment remporté la première place au concours de talents 2013 de la Convention RIS (Reviving the Islamic Spirit) et s’est ensuite classé dans le «Top 16» du «Worldwide Talent Contest » du label Awakening Records.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.