Togo/Kaporal Wisdom: « Je fais du slam pour ramener ma génération sur une bonne voie »

Au Togo, Kaporal Wisdom n’est pas le précurseur du Slam mais reste aujourd’hui l’un de ceux qui en maintiennent la flamme. Sur la scène musicale de son pays, il est une figure majeure.

Découvert en 2014 sur plusieurs petites scènes de slam de la capitale, l’artiste se fait remarquer avec son concept « Demain il fera beau ». Des textes forts, des mots bien choisis pour un but bien précis.

« J’ai choisi le slam pour me permettre de me libérer. Pour me permettre de passer un message, de toucher des cœurs, changer les choses, bousculer l’ordre que le monde impose aujourd’hui, un monde miné par la dépravation et autres.  Je veux par mes œuvres, ramener mes frères, ma génération sur une bonne voie, parler du civisme, du comportement citoyen », nous a confié Kounkey Ekue Hola Wisdom, alias Kaporal Wisdom.

Dans ses œuvres, l’artiste met l’accent sur la conscientisation de la nouvelle génération. Illustration avec un de ses titres : « Lettre à ma génération ». Face à une génération, pendue et perdue, le slameur préconise une meilleure prise de conscience individuelle et collective pour atteindre le sommet.

« Nous avons la tache d’éduquer cette population qui nous écoute. Nous avons la charge d’orienter cette population pour avoir un lendemain meilleur. Je veux donner espoir à cette jeunesse que par le travail on peut y arriver. Nous slameurs on doit travailler plus pour que le slam ait un peu plus d’impact sur les autres musiques déjà existantes. Car il faut que le slam soit reconnu dans notre pays comme un art qui participe au développement socioculturel de notre nation ».

L’engagement du slameur ne s’arrête pas à son pays, le Togo. Avec son concept « Demain il fera beau », il élargit son champ d’action. Le projet a pris une envergure continentale avec une collaboration avec les slameurs de plusieurs pays.

« C’est un concept qui est facilement adaptable à tous les pays. Surtout sur notre continent il y a du travail en termes de patriotisme et du respect de la chose publique. ‘Demain il fera beau’ a réuni des artiste du Burkina, du Bénin et autres », nous a-t-il confié

Primé lors des « All Musik Award » en 2015 et 2016 dans la catégorie « Messager parolier », il se voit élevé au rang des « héros » au cours de la deuxième édition de l’évènement « The heroes ». Ces prix et bien d’autres, constituent selon lui une invite à plus de travail.

«  On voit plus loin. Actuellement il y a le concept ‘Slam sans frontières’ avec une collaboration d’ivoirien, sénégalais, burkinabè, Béninois et moi du Togo. Voila quelques projets pour éveiller la jeunesse africaine. Le meilleur est devant »,  a-t-il ajouté avec sérénité.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.