Africa CEO Forum 2018: transformer les économies africaines en s’appuyant sur le digital

L’Africa Ceo Forum s’est ouvert lundi à Abidjan en terre ivoirienne. Plus de 1200 investisseurs sont présents. Les ministres de l’Economie et des Finances des dix pays (Côte d’Ivoire, Bénin, Ethiopie, Maroc, Guinée, Ghana, Sénégal, Egypte, Tunisie et Rwanda) prennent également part à cette renconctre. Principal enjeu : la transformation numérique des pratiques et usages.

Le tout premier débat a tourné autour de cette thématique : « Comment l’Afrique peut-elle s’approprier les révolutions technologiques actuelles ? ». Ce thème tel que libellé, a permis au consultant marocain spécialiste des politiques d’industrialisation de faire appel aux différents pays quant à la nécessité de rentrer dans la danse du numérique.

« C’est un impératif pour les économies africaines, tant l’industrialisation est structurante pour elles, créatrice de valeur ajoutée et d’emplois. Désormais, pour attirer les investisseurs pour bâtir des usines sur le continent, la question des salaires n’est plus aussi cruciale. En revanche, celle de la maîtrise des technologies – en particulier de la robotique et de la gestion des données – devient majeure », a-t-il laissé entendre.

De même, les  différents gouvernements  sont invités à mettre en place un écosystème facilitant la floraison des initiatives à forte valeur technologique. « Reste à savoir si l’Afrique sera capable de faire éclore en son sein les génies entrepreneuriaux du digital de demain. Si Mark Zuckerberg était né à Abidjan, aurait-il créé Facebook ? Elon Musk, né en Afrique-du-Sud, aurait-il fondé Tesla s’il n’était pas parti aux États-Unis ? », s’est interrogé le Sud-Africain Kuseni Dlamini, président de la chaîne de distribution sud-africaine Massmart.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *