Algérie: les priorités algériennes en matière de technologie, de jeunesse et de finance

Une conférence sous le thème « L’économie numérique dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient », organisée par le ministère des finances et avec la collaboration de la banque mondiale et du fond monétaire Arabe, s’est ouverte lundi  à Alger, la capitale algérienne,  pour se refermer le 27 mars 2018.

En marge de la rencontre, le Premier ministre O.Ahmed avait indiqué que les enjeux de la jeunesse, de la technologie  et de la finance sont des priorités majeures pour l’Algérie dans sa bataille de développement  économique et social.

Le premier ministre algérien estime qu’il est important pour l’Algérie de prendre connaissance des expériences qui seront présentées pendant les travaux de cette rencontre, notamment en ce qui concerne les réponses à apporter aux besoins de la jeunesse en emplois et en opportunités, ainsi que de modernisation technologique et financière de l’environnement des affaires.

« Dans le domaine économique et financier, l’Algérie a encore beaucoup de progrès à accomplir pour mettre à niveau et moderniser ainsi notre environnement des affaires. C’est en tous les cas dans ce contexte que nous conduisons des programmes de réformes en collaboration avec la banque mondiale et le fond monétaire Arabe (FMA) ».

Notons que l’Algérie revient de loin au regard des terribles conséquences de la décennie noire où le pays a connu outre les pertes en vies humaines, une destruction de son patrimoine économique et des retards dans le développement. Malgré cela, ce pays a pu grâce à la mobilisation d’importantes ressources financières publiques résorber les déficits en matière de développement humain et infrastructurel.

« Des défis importants, tout en rappelant qu’il y a encore du chemin à faire pour répondre aux besoins d’une population qui totalise 40 millions de personnes dont plus de 60% sont des jeunes.», dit-il.

Pour le ministre, il faudrait se targuer qu’en matière de prise en charge de la jeunesse et de l’emploi, l’état a consentis d’énormes efforts, où pas moins de onze millions des enfants du pays se rendent quotidiennement dans un établissement scolaire ou universitaire ou dans un centre de formation.

« Une politique d’éducation et de formation, quasi exclusivement publique, absorbe annuellement l’équivalent de plus de 10 milliards de dollars du budget de l’Etat.», a indiqué le Premier ministre Algérien.

Signalons qu’en matière de l’emploi, l’Algérie a réduit le taux de chômage de 30% en 2000, à moins de 12% actuellement, et ce grâce à une relance économique diversifiée et à des programmes d’encouragement à l’emploi, notamment en direction de la jeunesse. Des programmes de soutien aux micro-entreprises qui depuis 2010 ont permis à des jeunes de lancer plus de 500.000 nouvelles entreprises dans tous les domaines et de créer environs de 1,2 millions d’emplois durables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *