Produire du thé togolais, le défi de Tiem Nampoung

Tiem Nampoung, jeune entrepreneur togolais s’est donné pour mission de soulager les maux de santé de ses concitoyens en mettant sur le marché un thé fait à base de graines de papaye et de citron. Il n’y a pas que de l’extérieur que viennent les thés à prendre le matin pour aller au boulot , des jeunes comme Tiem ont aussi décidé d’offrir ses mêmes produits à l’Afrique.

L’idée est là, la volonté suit mais les moyens pas forcément. L’entrepreneur Tiem reste pour autant déterminé parce qu’il se dit capable de valoriser les papayes et les citrons produits localement. Il compte par la production de ces thés soulager les mots de ventre que rencontrent certaines personnes. De même, il nous explique que ses produits peuvent faciliter la circulation du sang en aidant le foie et être tout simplement relaxant.

L’apport d’une maman

Tiem avoue n’avoir pas été le premier à avoir cette idée. Il se rappelle de sa maman, lorsque cette dernière lui donnait des graines de papayes écrasées et mélangées à d’autres potions pour lui soulager les maux de ventre. C’est bien cela le début de son aventure.  L’utilisation de ces graines relève de certaines traditions mais la couleur noir obtenu de même que l’odeur ne sont pas vraiment encourageants. L’utilisation traditionnelle qui est faite de la papaye et du citron a été raffinée par l’entrepreneur.

Une formation à l’international

Mettre en place ce projet ou du moins son entreprise G-infusion est dû à un concours auquel il a participé. Les  lauréats togolais au nombre de 6 à l’époque se sont rendus au Bénin. Là, Tiem a acquis des compétences en transformation agricole. « J’ai développé des techniques appropriés pour mieux valoriser les graines de papaye », nous confie-t-il.

Défis

Le principal défi de cette jeune entreprise n’est rien d’autre que l’habitude du public. Autrement dit, peu sont ceux qui prennent souvent du thé. Néanmoins, cela, nous rassure le promoteur ne doit pas être un frein. Il estime que la sensibilisation continue pour amener la population à reconnaitre aussi l’importance de consommer ce qui vient de chez soi et qui est produit dans des conditions sanitaires souvent irréprochables. « Avec le temps, les gens vont s’adapter », ajoute-t-il, souriant.

Mais avec une production pour le moment artisanale, les prix dépassent ceux des produits importés. Le prix n’est pas un problème, c’est juste une question de volonté. « Nous croyons que pour la santé, toutes les sacrifices en valent la peine », a-t-il affirmé.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.