Le Fonds de Solidarité Africain obtient la note AA+, avec perspectives stables

Existant depuis plus d’une quarantaine d’années, le Fonds de Solidarité Africain (FSA) qui se nourrit du capital souscrit par les pays membre, se porte bien. Et ce, d’année en année. Des actifs qui sont liquides, une trésorerie très importante, zéro dette mais beaucoup de créances (40 de milliards de F CFA sur les actionnaires) à en croire les responsables, autant de critères qui lui a valu la note AA+ de la part de l’Agence de notation WARA (West Africa Rating Agency).

Dans le cadre de sa session de Conseil d’Administration, laquelle se tient le 29 mars à Lomé,  les cadres du FSA ont procédé mercredi dans la capitale togolaise à la présentation du trophée de la notation financière. Une cérémonie qui s’est déroulée  en présence des responsables de l’agence WARA et rehaussée par le présence des représentants des institutions financières, partenaires du fonds.

C’est en février dernier que l’Agence WARA a attribué la note AA+, la deuxième note la plus élevée. Une preuve que le fonds a une santé financière très bonne et une signature de qualité très élevée, selon le Directeur Général du FSA, Ahmadou Abdoulaye Diallo.

En marge de la cérémonie, l’agence WARA a évoqué, à l’appui de sa décision, une perspective stable. A en croire Seydina Rassoul Tandian, le PDG de WARA, le FSA est à ce jour, l’institution financière la mieux notée dans l’UEMOA et dans la CEMAC, tout relevant que  la capitalisation du fonds est très forte « malgré un processus difficile de libération du capital appelé ».

« La liquidité d’actifs est très élevée, le fonds, qui a une bonne diversification géographique, a une gouvernance saine, un management solide avec des contrôles minutieux », a ajouté ce dernier.

Se réjouissant de cette distinction, M Ahmadou Abdoulaye Diallo a fait savoir que c’est le fruit du « travail bien fait » instauré au FSA. Un travail qui se matérialise par l’efficacité de ses différentes directions dans leurs rôles respectifs et la performance de ses outils opérationnels.

« Le processus de notation est par ailleurs une suite logique à la mise en œuvre du plan à moyen terme 2016-2020 dont le FSA s’est doté afin de jouer pleinement et avec efficience son rôle de catalyseur des financements dans les États membres », a ajouté le Directeur Général du FSA.

M Diallo s’est félicité par ailleurs que les financements du FSA ont pu impacter la vie des populations des pays membres.

Mis en place le 21 décembre 1976, le FSA a pour mission de  participer au développement économique et à la lutte contre la pauvreté dans ses États membres africains en facilitant le financement des projets d’investissement.

Il regroupe 14 pays d’Afrique centrale et de  l’ouest dont le Togo qui bénéficie depuis plusieurs années dans le cadre du financement de son économie: infrastructures, création d’entreprise, modernisation d’entreprise industrielle existante, extension de réseaux des entreprises, etc.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *