Algérie/Culture: la 12è édition du FTA prévue du 1er au 05 juillet prochain

L’Algérie est connue pour ses composantes culturelles entre autres. Le 4è art occupe une place importante dans la vie quotidienne des citoyens, de par les sujets que cet art traite et qui sont souvent utiles pour la société. Sur ce, il existe deux grands festivals connus au niveau national, à savoir celui de Mostaganem (L’Ouest Algérien) et de Bejaia (Centre de ce pays). Le premier serait cette année à sa 51è édition, alors que le deuxième a déjà bouclé onze éditions (depuis 2006) et s’apprête à organiser la 12è qui aura lieu du 1er au 05 du mois de Juillet prochain.

Deux festivals qui drainent de grandes foules, adeptes du 4è art. Et pour preuves, le nombre de wilayas et troupes participantes, ou pas moins de dix wilayas y participent, avec des sujets variés traités par les metteurs en scène. Déjà, la 11è édition a connu une réussite sur tous les plans, sauf que le meilleur prix discerné n’était pas celui de Malek Bouguermouh, étant donné que le niveau n’était pas aussi élevé, d’où la décision des membres du jury de ne pas octroyer le prix initialement prévu.

La 12è édition se veut aussi une avancée, ou les organisateurs préparent déjà, avec les moyens de bord. Sur cet aspect, disons que les moyens financiers sont très importants pour une meilleure organisation possible. « Arriver à organiser onze éditions et s’apprêter à la 12è édition est déjà un acquis, mais il nous faut des moyens financiers adéquats pour la prise en charge effective des délégations et les membres de troupes qui seront présents. », dira le président de la ligue organisatrice du festival du théâtre amateur.

Qu’à cela ne tienne, la 12è édition du festival prix Malek Bouguermouh sera, à n’en pas douter celle ou le niveau devrait être élevé. On parle de plusieurs troupes qui auraient donné leur accord pour y participer, comme celle dite « Numidia/Tigawt dh Wawal » de Djamel Benaouf (Metteur en scène), ou ça sera sa énième participation à ce festival, avec des pièces théâtrales  en langue « Berbère » et des sujets intéressants à suivre, étant donné qu’ils traitent des problèmes quotidiens et ce qui a trait à la vie au jour.

En un mot, le théâtre amateur ayant une place importante, ou un grand public suivait de près les éditions passées, avec des salles de spectacles archicombles. Un état de fait qui dénote l’amour porté par les citoyens de tout bord au 4è art. « On ne peut passer et rater des pièces théâtrales qui nous apportent du réconfort, avec des sujets qui traitent les différents secteurs et domaines de la vie humaine. », diront les amoureux du 4è art.

 

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.