Algérie: l’effondrement d’une passerelle suscite des interrogations

Les dernières intempéries survenues en Algérie ont occasionné des dégâts importants, avec des routes coupées à la circulation, des ponts détériorés, sans oublier les effets secondaires induits par des raisons climatiques catastrophiques. Khemis El Khechna, une région du centre, pour ne citer que cette ville, a vu un effondrement d’une passerelle de piétons, prenant en otages des véhicules et ce au niveau de l’autoroute Est-Ouest.

Un drame si on peut qualifier cet incident ainsi et qui s’est produit aux environs dans cette ville  citée en haut à l’entrée Est d’Alger, causant la mort de trois personnes. Un bilan désastreux et qui aurait pu aussi être lourd, et ce pour les raisons énumérées en haut, avec des intempéries et le blocage de plusieurs routes par la neige à l’intérieur de l’Algérie. Cet état de fait a fait que la circulation qui était dense avant et à un certain moment était devenue tout d’un coup fluide.

L’effondrement de la passerelle en question a fait qu’un bus a été coupé en deux, mais fort heureusement que le bus en question n’était pas plein de passagers. C’est cet état qui a fait qu’un véritable carnage a pu être évité de justesse. Pour les observateurs, ce n’est pas un accident de la route comme les autres et ce qui s’est passé est d’une extrême gravité. Selon des témoins présents sur place, ladite passerelle a été percutée par un camion hors gabarit. Ce qui a fait qu’elle s’est effondrée  sur l’autoroute.

Si le chauffeur du camion en question était le premier fautif, car n’ayant pas vérifié la hauteur de son camion, avant de s’engager sur l’autoroute. Cela relèverait d’une infraction au code de la route, qui dans son article numéro 7 stipule que tout conducteur d’un véhicule dont la hauteur, chargement compris, dépasse quatre mètres, doit s’assurer, en permanence, qu’il peut circuler sans causer, du fait de cette hauteur, aucun dommage aux ouvrages d’art, aux plantations ou aux installations aériennes, situés au-dessus des voies publiques.

Ainsi donc, en général sur les routes, les gabarits des véhicules en hauteur, en largeur et en longueur sont limités, pour leur permettre de circuler, sans provoquer de dégâts aux ouvrages d’arts. C’est pour cet effet que des plaques de signalisation indiquent la hauteur qu’il ne faut pas dépasser, pour passer sous les ouvrages d’art et les passerelles qui enjambent les axes routiers.

Voilà en quelque sorte les raisons de cet effondrement qui a laissé en émoi des familles perdant au moins un de leurs proches, avec les trois décès survenus durant cet incident. Cela donnerait à réfléchir aux chauffeurs routiers de vérifier les règles de circulation, afin d’éviter d’autres incidents du genre et partant de là des pertes de vies humaines.  Pour les spécialistes de la circulation, il leur faudrait commencer à normaliser le gabarit sur l’autoroute, qui diffère d’une section à une autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *