Polémique Jean-Eudes Aholou/Claude Le Roy: ce que les deux hommes se sont dits

Jean-Eudes Aholou avait laissé entendre sur les ondes d’une radio française, il y a quelques jours de cela, qu’il chercherait à rencontrer Claude Le Roy, le sélectionneur du Togo pour explication.

Mêlé à une petite polémique qui l’oppose au technicien des Eperviers, le milieu de terrain du RC Strasbourg a tenu à mettre la balle à terre. Ironie du sort, la nature lui offrira l’occasion d’aplanir son léger différend avec le coach breton au cours d’un match amical international contre… le Togo.

Ainsi, samedi dernier, en marge de sa première sélection avec les Eléphants de Côte d’Ivoire face au pays de son père, Jean-Eudes a tenu sa promesse. D’après les médias présents au stade Pierre Brisson de Beauvais (France), quelques minutes après la fin de la rencontre amicale entre la Côte d’Ivoire et le Togo, un aparté dans les couloirs dudit stade entre Aholou et Claude Le Roy a retenu l’attention de la presse.

Dans un coin, comme le rapporte la radio RFI, Claude Le Roy, le boss des Eperviers échange avec le néophyte Eléphant. La radio parle de « poignée de mains franche », de « sourires » et de« tapes amicales ». Jean-Eudes, apprend-on toujours de la même source, lancera un « C’est fini ! » à l’endroit de la presse pour signifier que la polémique n’avait plus lieu d’être.

« Jouer face au Togo pour ma première sélection avec la Côte d’Ivoire est forcément particulier. Mon père est Togolais. L’équipe nationale du Togo m’avait appelé. Après, j’ai décidé de jouer pour la Côte d’Ivoire parce que je suis né là-bas et j’ai beaucoup plus d’attaches dans ce pays. J’ai fait toutes les catégories de jeunes, donc j’ai décidé de continuer sur cette lancée », confiera-t-il à la presse.

Si Le Roy n’a pas eu la rancune tenace, c’est bien parce qu’il a apprécié la démarche du strasbourgeois. Aussi, le breton peut encore espérer enrôler le joueur. Oui, Jean-Eudes Aholou peut toujours porter le maillot du Togo. Selon les textes de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), le choix de la nationalité sportive n’est définitif que lorsque le joueur dispute avec l’équipe A un match officiel (éliminatoires, tournoi continental ou mondial). Alors, on ne sait jamais.

Formé à Lille, Aholou n’a disputé que 15 minutes pour sa première cape. Remplaçant à la 77e minute de jeu, Frank Kessie. Insuffisant pour montrer toutes ses qualités, mais assez pour donner au staff ivoirien l’envie de le revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *