Tunisie: la Fédération nationale du transport observe un sit-in le 04 avril prochain

5 Vues, 2 Aujourdhui

La fédération nationale du transport tunisienne semble passer à l’action. Selon le président de la chambre syndicale des taxis individuels, les membres de ladite fédération relevant de l’UTICA ainsi que ses adhérents comptent protester à travers un sit-in programmé pour la première semaine d’avril prochain, et ce devant le siège de l’UTICA dans la capitale tunisienne, Tunis.

Selon des sources proches de la fédération,  il est fort probable que le sit-in en question serait suivi d’une marche qui chutera sur le Palais de la présidence, afin d’exiger  le respect de leurs droits légitimes. Cette déclaration serait déjà faite lors d’une rencontre d’information, tenue dernièrement. D’où cette décision qui a été prise suite au retard, dit-on, des autorités concernées dans la mise en œuvre des accords conclus. Cela, sans oublier le blocage des négociations pour concrétiser les revendications dans le secteur.

A en croire les explications du président de la chambre syndicale des taxis individuels, la FNT regroupe les chambres des taxis individuels, des taxis touristiques, des louages, du transport rural, des taxis collectifs, des auto-écoles et de la location des voitures ainsi que d’un nombre de professionnels qui opère dans le secteur des transports.

Ce dernier accuse par ailleurs les autorités d’avoir poussé les travailleurs du secteur de « hausser le ton » et de « mettre la pression » dans un but précis.

« Nous étions trop patients, mais aujourd’hui nous sommes appelés à protéger nos secteurs des faux responsables, utilisateurs de la langue de bois, avec la concrétisation sur le terrain des faits », disent les travailleurs mécontents.

De son coté, le vice-président de la chambre syndicale des taxis individuels (CSTI), passait en revue les principales demandes de la profession. Il a parlé de l’augmentation des tarifs des taxis et louages ainsi que du transport rural. Le but est de permettre aux professionnels dans ce secteur de bénéficier de leur droit commercial.

Les protestataires demandent également la prolongation de la périodicité de la visite technique des taxis et louages, à l’instar des mesures prises pour les voitures du tourisme, la résolution du problème du GPL pour les taxis individuels et les auto-écoles. La révision des tarifs d’assurance et que l’amende ne doit être supportée que par le contrevenant.

Aux dernières nouvelles, le ministère du transport aurait appellé les contestataires au calme.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *