Algérie/Sécurité routière: lancement du permis « à points » !

En Algérie, le nombre d’accidents de la circulation s’accroît de jour en jour. Les raisons sont multiples, d’où la nécessité d’y faire face et de remédier à cette situation.

A cet effet, les autorités algériennes viennent de lancer le permis « à points », opérationnel depuis le 1er avril 2018. L’opération a été lancée au niveau du centre national de production des titres et documents sécurisés se trouvant à El-Hamiz dans la capitale algérienne et ce, en présence du ministre de l’intérieur et des collectivités locale, B.Nouredine.

Ledit « Permis à points », un document qui aura une échelle de 24 points, et sera délivré à tous les détenteurs de permis, devant être obligatoirement présenté aux services de sécurité si ces derniers le réclament. D’après les informations, les points seront retirés selon la gravité des infractions et des délits routiers commis.

Le retrait des points se fera selon un barème qui distingue quatre (4) degrés de contraventions et nécessitant un retrait de 1 à 6 points selon leur nature et 10 points retirés en cas de délit. Toutefois, l’automobiliste a la possibilité de récupérer ses points dans le cas où il n’aura commis aucune infraction au cours d’une période s’étalant de 3 à 4 ans depuis la dernière infraction relevée.

Le concerné suivra en outre une formation en conduite à ses frais. Dans le cas où le permis de conduire a été retiré, le solde de points devait être à zéro. Le conducteur sera soumis à l’obligation de refaire sa formation de A à Z. En plus de cela, il ne pourra postuler pour un nouveau permis de conduire qu’au bout d’une période de six mois.

Ce délai est porté à un an dans le cas où le permis ferait l’objet de deux invalidations sur une période de cinq ans. Concernant les nouveaux permis (moins de deux ans), connue dans le jargon administrative de « période probatoire », le permis de conduire est crédité d’un capital de 12 points seulement. Lors de cette période, l’infraction commise entraîne l’annulation du permis de conduire.

Notons aussi que les infractions sont classées selon leur catégorie et selon les dégâts occasionnés, soit selon leur gravité, en contraventions et délits. Quatre degrés de contraventions donneraient lieu à un retrait de 1 à 6 points, assorti de paiement d’amendes forfaitaires. Si le mis en cause ne s’en acquitte pas au bout de 30 jours, deux points supplémentaires seront automatiquement retirés du permis. Il y’a aussi des contraventions de 2è degré qui seraient sanctionnées du retrait de deux points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *