Algérie/Foot: les clubs sommés d’assainir leurs situations financières

En Algérie, et depuis l’avènement du professionnalisme en juillet 2010, avec le lancement des groupes de la ligue 1 et 2 professionnelle que gérait depuis la LFP (Ligue du football professionnel), certains clubs dont le statut d’amateurs a changé par rapport à la nouvelle réglementation, n’ont pas respecté les cahiers de charge qui leur incombe.

Certains clubs, si ce n’est la majorité se contentent souvent d’attendre les subventions de l’état, entre autres celles des APC (Assemblées populaires communales), APW (Assemblées populaire de wilaya) et fonds de wilayas ainsi que de la DJS (Directions de la jeunesse et des sports), alors que de part leurs statuts de SSPA (Sociétés sportives par actions), leurs dirigeants devaient chercher l’argent ailleurs. C’est le contraire qui se produisit et rares sont ceux qui donnaient de leurs poches sans les récupérer après les entrées des subventions de l’état dans les comptes des CSA (Clubs sportifs amateurs).

Les présidents qui ne daignent pas transférer l’argent qui devait être utilisé pour la formation des jeunes catégories, qui étaient souvent du ressort des clubs amateurs, ont également été mis en garde. Ces derniers détiennent des actions en étant actionnaires de fait. Dans le cas de refus, c’est les supporters qui leur tomberaient dessus. Des clubs cumulant des dettes que ce soit vis-à-vis de la CRL (Chambre de résolution des litiges) en ne payant pas les joueurs ou les entraîneurs qui portent souvent leurs affaires devant cette instance, et des fois vers le TAS (Tribunal arbitral sportif).

Qu’à cela ne tienne, et pour cet état de fait, le bureau fédéral de la fédération algérienne de foot et dans un communiqué publié a indiqué qu’à l’issue de sa réunion tenue le jeudi 29 mars, au sujet des dettes d’un certain nombre de clubs qui ont des créances auprès de la LFP, que ces derniers seront saisis pour honorer leurs engagements. Faute de quoi ils seront interdits de recrutement.

A cet effet, il a été décidé qu’un audit se fera au niveau des clubs qui n’ont pas payé le droit d’engagement et de les convoquer au siège de la fédération pour assainir leur situation. Pour cela, six clubs de ligue 1 et trois de ligue 2 seraient concernés.

Par ailleurs, une réunion sera organisé prochainement entre les représentants du directoire et ceux de la première instance du football algérien pour définir la clé de répartition des droits TV 2017 et le montant qui doit revenir à chaque club. Gare donc aux clubs qui seraient en retard dans les payements des salaires des joueurs, ou ceux qui cumuleraient des dettes. Cela les nuira plus qu’il ne leur rendrait service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *