Jullius Malema: « Winnie Mandela était censée être la présidente de l’Afrique du Sud »

Quelques jours après le décès de Winnie Madikizela-Mandela, les réactions continuent d’affluer au plan national, continental et international. Le chef de l’opposition gauchiste sud-africaine Jullius Malema  a indiqué que l’ANC (parti au pouvoir) avait empêché l’ex –compagne de Mandela de prendre la place qui lui revient.

« Winnie Mandela était censée être la présidente de l’Afrique du Sud; mais les hommes de l’ANC ont été menacés par une femme et les Blancs ont été menacés par une femme africaine. C’est pourquoi ils ont tout fait pour la détruire », a déclaré le leader de l’EFF Julius Malema à la foule.

Ancien leader des jeunes de l’ANC, Malema qui est devenu critique virulant du président déchu Jacob Zuma, était proche de Madikizela-Mandela et a le même attrait direct.

Winnie Mandela était au devant de la campagne pour la libération de son mari Nelson Mandela et est apparue comme une héroïne de la libération. Mais, son image s’est ternie peu après par des accusations à propos des violences qu’elle aurait planifiées.

Candidate à la vice-présidence de l’ANC en 1997, elle n’a pas pu aller loin puiqu’elle a éprouvé d’énormes difficultés pour recueillir des soutiens. Ce qui l’a poussé à se retirer. Et pourtant le poste de  vice-présidente lui aurait permis d’occuper un rôle de premier plan au niveau national.

« La mère de la nation aurait restauré la dignité des Noirs », a déclaré Malema avant de promettre que la lutte pour la restauration de la dignité des noirs sera maintenue. « La lance est tombée… Nous sommes ici pour ramasser la lance », a-t-il martelé.

Les funérailles d’Etat pour Madikizela-Mandela sont prévues dans un stade de Soweto le 14 avril prochain. Un deuil national de plusieurs jours, a été décrété par l’actuel président Cyril Ramaphosa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *