Sauti Sol, bon baiser musical du Kénya !

72 total views, 3 views today

Ils sont assurément l’un des groupes musicaux africains en vogue de ces dernières années. Au point même d’emporter sur une piste de danse, Barack Obama, l’ex Président des Etats-Unis.

Révélés aux yeux du continent par leur 4e single studio « SuraYako », les jeunes kényans de Sauti Sol ont la cote qui grimpe. Leur répertoire très dansant, aux rythmes de l’afro-pop, flirtant entre le gospel et la musique mondaine, tient les foules africaines en haleine.

Fondé en 2005, le boys-band composé de quatre jeunes Nairobiens est devenu, sans tambour battant et au fil de leurs titres à succès, un phénomène musical. Le groupe kényan ultra populaire en Afrique de l’Est, l’est aussi désormais dans d’autres régions du continent.Cela grâce au titre « Kuliko Jana » sorti en 2015.

Chanson gospel, « Kuliko Jana » va davantage hisser les quatre copains au sommet des charts. Résultat : leur troisième album studio, Live and Die in Afrika, publié sur internet fin 2015, va enregistrer en seulement 48 heures, 400 000 téléchargements.

Fort de ce succès, Sauti Sol remportera le prestigieux MTV Africa Music Awards 2016, dans la catégorie « Meilleur groupe ». Lancé, le quatuor ne s’arrête plus. Sollicités, tour à tour par les nigérianes Yemi Alade, et Tiwa Savage, deux autres visages populaires de la musique urbaine africaine, les titres « Africa » et « Girl NextDoor » rythmeront les hits parades des stations radios de Lagos à Kampala, en passant par Johannesburg et Kigali. En tête d’affiche de la quatrième édition du festival Amanide Goma en RDC, en février 2017, Bien-Aimé Baraza, Willis Chimano, Savara Mudigi et Polycarpe Otieno mettront le feu !Les rendez-vous culturels s’arrachent leurs concerts depuis.

Rebelote

Fin novembre 2017, après une année 2016 marquée par les tournées, Sauti Sol dévoile leur tout nouveau titre « Melanin ». La chanson met en exergue la beauté et l’ »africanité » des femmes à peau noire.Là aussi, le succès sera au rendez-vous. « Melanin », constamment joués dans les boîtes de nuit, est souvent entonné par les dance-floor. Avec un public majoritairement composé de jeunes, le quatuor kényan veut mettre sa popularité au profit de la sensibilisation de son public.

Interrogé par la presse sur le thème de leur nouveau hit, Willis Chimano, l’un des chanteurs du groupe a sa réponse.« L’africanité doit encore être défendue ici. Les médias, et beaucoup de musiciens dans leurs clips, présentent toujours des femmes au teint très clair comme des canons de beauté. Pour les jeunes filles, c’est un message. Nous avons décidé de changer notre message nous-mêmes. Il ne s’agit pas de leur dire quoi faire, mais de leur dire d’être fières », renseigne-t-il.

Fierté kényane, le public du pays est fier du dynamisme et de l’influence régionale de ses « quatre fantastiques ». Le boys band qui prévoit une tournée en Europe en mai, ne cache d’ailleurs pas son ambition de devenir le « premier groupe africain ». Pour y parvenir, ils ont leur recette. Miser sur les collaborations. Histoire de conquérir bien d’autres contrées.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.