Algérie: 6è édition du sommet africain de la « Cyber-sécurité » à Oran

La 6è édition du sommet africain de la « Cyber-sécurité » a été organisée hier Mercredi à l’hôtel « Sheraton » dans la wilaya d’Oran et c’était sous le thème « La cyber-sécurité à l’ère de la transformation digitale africaine ». Selon une étude baptisée, on estime que près 50% des algériens avouent que l’un des freins essentiels de ce phénomène est le manque de compétences, alors que d’autres affirment que bien des entreprises ne s’étaient pas préparées à faire face à une quelconque cyber-attaque.

Revenons à cet évènement, il a été organisé par l’agence prénommée « Xcom-Agency » et a rassemblé entre 300 et 320 participants, où pas moins de 25 conférences ont été organisées De même que les rendez-vous de type B2B se sont déroulés. L’agence citée a organisé donc ces journées en partenariat avec le cabinet d’étude « Algeria Digital Trends », alors qu’on avance qu’elle aurait ciblé 1.000 décideurs informatiques, représentant tous les secteurs d’activités, toutes les tailles d’entreprises et toutes les régions.

Disons que les résultats enregistrés auraient mis en l’état le niveau de maturité des entreprises et institutions algériennes à placer ce phénomène dans son cadre réel. Les chiffres sont pour confirmer son ampleur, ou d’après les statistiques faits, il en ressort que 47% des sondés affirment qu’ils n’ont pas connaissance des lois existantes en matière de cyber sécurité.

Alors que 79% d’entre eux, considèrent qu’une panne informatique a des conséquences négatives sur le business de leur entreprise ou administration et 57% des organismes déclarent qu’ils n’hébergent pas leurs données chez un hébergeur algérien ayant des data-center en Algérie, alors que 29% indiquent qu’ils le font eux chez des fournisseurs à l’étranger.

Sur les douze derniers mois passés, 27% des personnes sondées ont subi une cyber-attaque de type virus ou intrusion, alors que près de 12% ont subi une perte de données suite à une erreur humaine. La même étude annonce  que 52% des décideurs considèrent que le manque de personnel qualifié est considéré comme l’un des principaux obstacles à l’adoption de la Cyber Sécurité.

Enfin, 47% disent que leurs systèmes d’information ne sont pas protégés d’une manière efficace contre les cyber-menaces et le nombre des cyber-attaques augmente constamment. Cela sans oublier que celles-ci sont de plus en plus sophistiquées. Il est temps de mettre fin à cette cyber-sécurité, qui n’était nullement un problème informatique, où la protection des données était une fonction secondaire.

 

Sur un autre registre, plus la quantité des renseignements traités dans le cyberespace augmentent, on est devant un défi de taille, dirions-nous, d’autant plus que les cyber-attaques réussissent et deviennent de plus en plus menaçantes à mesure que les adversaires deviennent plus déterminés et plus sophistiqués.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.