Choix du pays organisateur du Mondial 2026: le Maroc crie à la partialité !

116 total views, 3 views today

C’est la consternation au Maroc ! Présidents de club, internationaux et anciennes gloires du football du Royaume chérifien lèvent leur voix depuis peu, pour se plaindre d’une mesure de la FIFA dans la course à l’attribution de l’organisation du mondial 2026.

A en croire la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Zurich aurait procédé à une retouche des critères de sélection du prochain pays hôte. Un changement qui passe mal à Rabbat.

L’affaire fait grand bruit. La FIFA aurait modifié les critères d’évaluation des candidatures à l’organisation de la Coupe du monde 2026 pour avantager le trio États-Unis – Canada – Mexique.C’est ce que pense en tout cas la FRMF. Dans un courrier daté du mardi 3 avril et adressé à l’instance mondiale du football, son prédisent, Fouzi Lekjaa, dénonce un « changement tardif » de certains critères de sélection qui pourraient désavantager le Maroc face à ses concurrents.

On apprend dans la note de M. Lekjaa que la veille du dépôt du dossier marocain, le 26 mars, la faîtière du football international, a curieusement modifié les critères d’évaluation des candidatures.Entre autres nouveautés, l’institution que dirige Gianni Infantino a instauré l’obligation pour une ville hôte de compter au minimum 250 000 habitants, et le fait que les aéroports soient en capacité d’accueillir au moins 60 millions de passagers par an.

A cela s’ajoutent le respect d’une distance maximale d’une heure trente entre un aéroport et une ville hôte ou l’agrandissement des « fans zones ».

D’après le journal français Le Monde, trois des douze villes retenues par le Maroc n’atteignent pas le nombre d’habitants requis par la FIFA.Tout le contraire des villes du dossier concurrent. D’où le sentiment assez largement ressenti du Royaume que Zurich chercherait à favoriser la candidature commune américano-canado-mexicaine.

Chose qui enrage le président Lekjaa, le fait d’avoir reçu le nouveau système de notation à seulement moins de 24 heures avant le dépôt officiel du dossier marocain à Zurich. Ce délai rend impossible la moindre modification du dossier.Le Maroc s’est naturellement opposé à ce changement brusque et appelle à ce que l’équité et la transparence soient respectées.

En Afrique, le monde du football hausse le ton et ne cache pas son étonnement.« On doit respecter le principe de rotation. La Coupe du monde s’est disputée une seule fois en Afrique, elle ne doit pas être exclusivement réservée à l’Europe ou au continent américain. Avec de telles contraintes, qui arrivent tardivement, on va dissuader des pays africains de se porter candidats. On voudrait nous faire comprendre qu’on ne veut pas de la Coupe du Monde en Afrique qu’on ne s’y prendrait pas autrement…», commente Didier Ovono, gardien des Panthères du Gabon.

Fouad Chafik, le défenseur des Lions de l’Atlas et de Dijon (Ligue 1 française), cache mal, quant à lui, sa frustration. « C’est forcément décevant. Moi, j’ai l’impression qu’on cherche à favoriser le dossier adverse, même si la FIFA dit le contraire. Le président Lekjaa a eu raison de faire ce courrier et de le rendre public », déclare-t-il.

La réaction de la FIFA est vivement attendue.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.