Togo: qui a tenté d’empoisonner Tikpi Atchadam ?

La crise togolaise s’enlise davantage. Les négociations entre gouvernement et opposition achoppent sur la question du nombre des mandats présidentiels. Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, souhaite pouvoir se représenter en 2020 pour un quatrième mandat. Pour l’opposition, un nouveau mandat du président Togolais n’est pas négociable.

A l’origine de la crise, des marches quasi hebdomadaires de l’opposition à Lomé qu’en province pour exiger le retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle, l’effectivité du droit de vote de la diaspora ou à défaut le départ immédiat du pouvoir de M Gnassingbé qui est à son troisième mandat.

Au cœur de la fronde,  Tikpi Salifou Atchadam, le leader du Parti National Panafricain (PNP), créé en 2014, qui s’est de facto rallié à treize autres partis politiques de l’opposition togolaise. D’où la Coalition 14 (C14).

Mais le fait remarquable est que, depuis plusieurs mois, le guerrier de Kparatao a pris la maquis car dit-t-il, craignant pour sa vie. Ses apparitions sont rarissimes au point d’inquiéter l’opinion. Il mobilise ses troupes à distance via les messages audio qu’il diffuse périodiquement sur les réseaux sociaux, soit pour réagir sur les derniers développements de l’actualité togolaise soit pour galvaniser les troupes à la veille de chaque manifestation de l’opposition.

Cet isolement de celui qui incarne une nouvelle ère de protestations virulentes sans précédent contre le régime de Faure Gnassingbé, laisse libre cours aux supputations ou confirmeraient la thèse selon laquelle sa vie serait vraiment en danger, comme il aime le marteler à chacune de ses sorties médiatiques.

Pour preuve,  et selon son entourage, Tikpi Atchadam a fait l’objet d’une tentative d’empoisonnement par l’eau minérale, quelques temps après la marche populaire du 19 août 2017.

« N’eût été la vigilance des proches du président du PNP, ce dernier aurait pu boire l’eau supposée empoisonnée, en plus depuis un certain moment, en plus de sa sécurité physique, ces derniers ont des yeux regardants dans tout ce qui concerne son alimentation », a indiqué la source, citée par Nouvelle Afrique.

« Cet incident secrètement gardé par les premiers responsables du PNP, la principale motivation de cette méfiance « à haute dose » de Me Tikpi Atchadam que d’aucuns qualifient à tort ou à raison de paranoïaque ? », s’interroge notre confrère.

En tout cas, si des rumeurs persistantes font état de ce que le président du PNP serait réfugié au Ghana voisin, l’intéressé n’a ni confirmé ni infirmé l’information.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.