Michelle Gertrude Aricha: le visage du leadership féminin de l’ Afrique

Il y a des « success-story » qui émerveillent plus d’un. Celle de Michelle Gertrude Aricha en est une. À la tête de l’usine de production de « Ministry Of Tomorrow » – une marque de maroquinerie de luxe vegan américaine – installée à Nairobi, la kenyane chapote la conception des sacs. Seulement, elle œuvre, paralellement à cette passion, à l’émancipation des femmes kényanes.

Comme toute belle histoire, celle de la kenyane Michelle Gertrude Aricha a débuté en 2012. Michelle Gertrude Aricha, diplômé en psychologie et habitante de Kibera (l’un des plus importants bidonvilles de la région) a longtemps été directrice générale des opérations et designer de l’usine de production « Ministry Of Tomorrow ». Dévouée à la tâche, avec des prestations de qualité remarquable, elle s’est faite distinguée par la production de luxueux sacs – comme ceux signés Chanel – pouvaient être fabriqués par des Africains et vendus à l’étranger.

Le 15 mars 2018, Julian Prolman – fondateur et président de MOT – lui a donné la propriété de l’usine à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes : « Je n’y croyais pas ! Il l’avait mentionné depuis un moment mais…wow quoi ! C’est encourageant quand quelqu’un voit la passion que tu as en toi et qui comprend qu’avec la mode, tu peux changer la vie des femmes. Maintenant, j’ai plus de défis à relever, je dois prouver à moi-même et aux autres que les femmes aussi peuvent être des dirigeantes et réussir malgré tous les challenges » a confié Michelle, à Jeune Afrique.

Au-delà de cette passion, Michelle Gertrude Aricha est résolument engagée dans le social.

Elle se bat au quotidien pour impacter la société afin de la développer surtout pour améliorer les conditions de vie des femmes. Michelle se bat pour que, petit à petit, les femmes sous son aile et celles des environs se libèrent et acquièrent une autonomie financière : « Au Kenya, on attend d’elles qu’elles restent à la maison. Cela conduit parfois à des abus et des violences à leur encontre. Aujourd’hui rien qu’avec cette usine, les femmes sont encouragées et vont mieux parce qu’elles travaillent et gagnent leur propre argent, elles ne se sentent plus piégées. Nous croyons que lorsqu’on travaille pour le droit des femmes et leur émancipation, la société va avancer parce que ce sont les femmes qui font que les communautés se développent », assure la femme d’affaires.

Pour l’instant l’usine produit 400 voire 500 sacs par mois. Michelle espère que l’enseigne MOT deviendra mondialement connue afin d’utiliser les profits à bon escient et surtout d’embaucher encore plus de femmes. En attendant, elle offre gratuitement des formations à la couture tous les week-end afin que toutes disposent de la technique et deviennent autonomes. Une créature qui force l’admiration !

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *