Mali: Moussa Mara, l’ancien Premier ministre qui vise la présidence

5 Vues, 2 Aujourdhui

Moussa Mara lorge la présidence de la République. L’ancien Premier ministre d’IBK est candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet prochain. Celui qui préside le parti Yelema va donc briguer la magistrature supème pour la seconde fois après la tentative de 2013. Au cours de cette année, il a obtenu 1,5 % des voix au premier tour. Cette fois-ci, il compte faire mieux.

« Au cours de ces dernières années, notre pays n’a que trop souffert de toutes sortes de divisions : politiques, ethniques, religieuses et sociales. En tant que candidat, je serai le leader sur des sujets qui me sont chers et pour lesquels, j’ai, toute ma vie, livré un combat acharné», a-t-il indiqué cette semaine dans une déclaration liminaire.

Grand acteur du secteur privé, membre de la société civile, Maire de la commune IV de Bamako,l’homme milite pour le renouvellement du leadership. La jeunesse de la population impose selon lui à accorder une place importante à cette part de la population. Au-delà de la jeunesse il vourdrait lutter contre plusieurs fléaux qui minent le pays. Notamment l’insécurité toujours persistante.

« Nous ne pouvons plus nous permettre d’avoir un leadership qui recycle les mêmes recettes depuis des décennies, sans succès. Notre pays a un besoin ardent d’idées novatrices, pragmatiques et concrètes portées par des responsables neufs et à même de répondre aux aspirations de chaque citoyen. Lutte contre la corruption des élites : Nous vivons dans un pays où la richesse est détenue par une minorité au détriment du reste de la population » a-t-il poursuivi

L’homme n’hésite pas à mettre en avant sa maitrise de certains dossiers notamment quand il était ministre de l’Urbanisme et de la politique de la ville. Le Mali ne doit pas se résumer uniquement à Bamako et dans son plan: l’amélioration de la décentralisation.

La lutte contre la corruption des élites est un impératif. Et pour Mara, c’est grâce à une gouvernance exemplaire, équitable et soucieuse de tous que « nous réussirons à libérer le potentiel de notre pays tout en réaffectant nos ressources à des projets qui profitent à tous. Le bien-être des Maliens, notamment ceux qui souffrent, a toujours été mon objectif ».

Le commerce, l’agriculture, le secteur public et privé, l’artisanat n’ont pas été oubliés par l’ex bras droit d’IBK. Au-delà de cette candidature, il envisage des consultations avec les autres partis politiques, mouvements et individus pour constituer une grande coalition. « J’ai la ferme intention de gouverner de manière inclusive et transparente car le temps du Président Miracle est révolu » a-t-il conclu.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *