Présidentielle au Cameroun: Sandrine Kanmogne veut mettre fin au règne de Paul Biya

La course à la présidentielle au pays des Lions indomptables se révèle farouche et rude. Sandrine Kanmogne, la présidente du Parti des démocrates chrétiens (PDCH) a officialisé le 09 avril dernier sa candidature pour briguer la magistrature suprême.

La seule femme figurant sur la longue liste des candidats, réclame comme ses compères, la modification du Code électoral avant la tenue du scrutin fixé en octobre prochain.

Les points saignants qu’il faille revoir d’après les opposants sont entre autres: le recours à un bulletin unique de vote, la reconsidération de l’âge votant (l’âge électoral à 18 ans contre 20 ans datant), la révision du code pour permettre un meilleur épanouissement des acteurs politiques.

A toutes ces demandes, la Présidente du Parti des démocrates chrétiens (PDCH), demande la suppression de la caution à l’élection présidentielle, qui est passée de 3 millions FCFA en 2011 à 30 millions FCFA en 2018.

Prenant sur elle de « lutter contre l’exploitation de l’homme par l’homme », la politicienne se dit investit d’une mission divine en qualité de prophétesse pour « libérer le Cameroun des sectes qui ont pris la gestion du pays en otage » comme rapporté par plusieurs sources. « Mon combat est de lutter contre l’oppression des pauvres, en promouvant les valeurs morales, culturelles et intellectuelles », a Sandrine Kanmogne avant d’inviter la population à s’inscrire en grand nombre sur les listes électorales dans le but de mettre un terme au règne de « sa majesté Paul Biya ».

Sandrine Kanmogne saura-t-elle convaincre la population et ses partisans et s’imposer devant le président sortant Paul Biya?
A quelque mois de l’enjeu présidentiel, la bataille s’annonce toutefois rude tant du côté du parti au pouvoir que des opposants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *