Slam: « menteur ambulant », l’un des nouveaux griots modernes

Comédien à la base, Kakli Kokouvi Mawouéna se fait nommer ‘’Menteur ambulant’’. L’artiste fait partie de ces slameurs qui réussissent à maintenir la flamme de la discipline dans un environnement marqué par une forte concurrence avec les autres genres musicaux.

Le jeune homme se singularise par le ton de ses textes assez comiques mais également des leçons de vie qu’il sait bien insérer.

Calebasse sur la tête, il n’hésite pas à faire usage d’instruments musicaux traditionnels pour donner un sens assez particulier à ses prestations. Le slameurs s’impose alors comme l’un des garants de cette tradition qui est reconnue à l’Afrique et qui tend à disparaître, les griots.

 «  Le slam je l’ai choisi parce que c’est un genre littéraire et à la fois musical qui est libre, qui ne limite rien en matière de style d’écriture. Nous ressortons les problèmes que nous vivons au quotidien. Je dénonce, je suis engagé dans un genre humoristique dans lequel on se retrouve.  Je fais passer le message de paix, de bonté, le mieux vivre ensemble » nous a confié le slameur.

Même s’il ne s’attarde pas sur le titre de griot, il sait bien allier le comique, le conte et les poèmes pour en faire un tout consommable. Un mélange assez apprécié par son public à chaque fois qu’il a l’occasion de prester sur scène à Lomé.

« Oui nous sommes les griots modernes. Moi je défends beaucoup cette vision. Pour moi c’est la renaissance de l’art du griot. Aujourd’hui on ne peut pas s’en passer. L’Africain ne peut pas faire le slam comme un français ou un anglais. Non, l’Africain fait le slam comme un griot, sinon cela ne serait que de la copie de ce qui est fait ailleurs. Nous avons une particularité qu’il faut utiliser pour se démarquer et s’imposer »

Depuis 2013, ce gestionnaire de formation a lancé un atelier de slam qui réuni plusieurs acteurs. Il s’agit de recycler les connaissances de ceux qui pratiquent cet art afin de leur permettre de rehausser le niveau. Au-delà de cette initiative, il est également derrière le ‘’Calebasse Challenge’’, un spectacle avec le public chaque mois.

« Pour nous, l’idée c’est de faire rentrer le slam dans le système éducatif togolais. Seul le slam permet aujourd’hui de renvoyer les élèves, toute la population à la lecture. C’est notre plus grand souhait» a-t-il ajouté

Kaporal Wisdom, Fayshal, Efi, Elkib, Amiral, Edem le Slameur, Fabiola sont entre autres noms qui s’illustrent de la meilleur des façons sur les scènes. Et avec eux, comme avec plein d’autres, ‘’Menteur Ambulant ‘’ rassure « nous sommes soudés, c’est ça qui fait notre force »

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.