Togo: quelle place aujourd’hui pour le chant choral sur l’échiquier international?

Un « Cabaret Musical » où acteurs du chant choral se retrouvent pour échanger et débattre en vue de promouvoir et de professionnaliser les musiques d’ensemble au Togo, l’initiative est de l’Association Musicale Sublime Harmonie « AMSHA ». Elle a organisé samedi dernier à l’espace Level ( Ex Fil Bleu à Avenou/Lomé ) une deuxième rencontre du genre autour du thème : l’absence du chant choral togolais sur l’échiquier international, quelles actions pour une meilleure émergence ?

S’il est vrai que le chant choral togolais est en pleine ascension depuis quelques années, il n’en demeure pas moins que beaucoup d’efforts restent à faire; et l’Association Musicale Sublime Harmonie « AMSHA » en est bien consciente. Depuis le mois dernier, elle a pris sur elle, l’initiative de réunir chaque deuxième samedi du mois, musiciens professionnels, promoteurs et acteurs de la musique chant choral et fanfare. L’objectif de cette rencontre baptisée « Cabaret Musical », est de créer un cadre de valorisation et de promotion de la musique d’ensemble au Togo.

« Malgré les efforts consentis dans la promotion de la musique chant choral et fanfare, quelques lacunes et insuffisances sont toujours remarquées chez nombre d’acteurs, du point de vue technique et managérial, relevant par exemple des difficultés de production d’un spectacle, d’un concert, du choix du répertoire etc…Un « Cabaret Musical » est pour nous l’espace idéal pour discuter de tout cela « , a expliqué Tsonya Jeannot, Président de l’AMSHA.

Le deuxième « Cabaret Musical » a permis aux participants de pencher entre autres sur l’identité et l’avenir de la musique chant choral au Togo et de réfléchir sur les stratégies et les actions à mener en vue de booster le niveau des musiciens compositeurs et chefs de chœurs togolais.

Pour les initiateurs de l’événement, l’absence de formation adéquate destinée aux musiciens togolais est l’un des handicapes à la professionnalisation du chant choral togolais. Une académie de musique est donc aujourd’hui indispensable pour permettre à ces derniers de se former, d’étudier les différents rythmes musicaux qui existent au Togo.

A en croire M. Tsonya, il s’agira in fine d’éditer un livre blanc pour inciter davantage les acteurs à plus de professionnalisme dans leurs projets musicaux.

Créée en décembre 2012, l’AMSHA a pour but l’activation des événements musicaux et culturels, pour améliorer l’intégration sociale et des loisirs, favorisant la diffusion de la culture musicale.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.