Chef Anto: l’une des ambassadrices de la cuisine africaine

Anto est une jeune chef de cuisine basée à Paris et qui fait la fierté du continent africain. Originaire du Gabon, cette fille d’ingénieur et de nutritionniste fait partie de cette nouvelle génération de chefs africains qui souhaite faire découvrir ou re-découvrir au grand public une cuisine africaine tellement riche et variée mais souvent méconnue.

Contrairement aux souhaits de son père qui la voyait beaucoup plus en faculté de lettres au Gabon où elle était inscrite, Anto avait un seul souhait, préparer ses plats.  C’est l’un de ses oncles qui va convaincre son père de la laisser partir pour la France y étudier la cuisine en ces mots : « Elle pourra être le cuisinier personnel du chef de l’Etat ! ».

Un BTS en Arts culinaires à l’Ecole Hôtelière Les diguières et une Licence en restauration à l’IUT Pierre Mendès France de Grenoble, puis Anto intègre le Havard de la cuisine française : l’ESCF Grégoire Ferrandi. Elle occupera tous les postes, de commis à chef de cuisine d’une boutique traiteur, avant de partir à Providence aux USA pour élargir ses horizons et découvrir la cuisine et le service à l’américaine.

A son retour en France, quand elle n’officie pas comme chef à domicile, elle travail comme consultante en cuisines d’Afrique. Anto est également des grands évènements comme le Tournoi de tennis Rolland Garros, le Salon de l’aéronautique au Bourget ou pour de grandes chaines hôtelières en région parisienne. Elle est aussi directrice artistique de Média Afro Cooking.

Ses principales préoccupations c’est de contribuer à la valorisation des excellences gastronomiques africaines et d’Outre-mer. Après cinq ans d’activité, Afro Cooking du fondateur Kossi Modeste est une marque de référence sur le plan internationale.

L’influence de la structure dans laquelle évolue Anto a conquis les plus grands chefs et le monde de la gastronomie. Elle a été sacrée « Révélation féminine Africaine 2016 » lors du Gala Africacop22.

Le 8 mars dernier à Paris, elle remporte le prix spécial Eugénie Brazier du trophée «La Cuillère d’Or» à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Réagissez sur: http://africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *