« Faure must go »: des sympathisants du président Gnassingbé dénoncent un sondage partisan

La publication jeudi des résultats du 7è sondage sur le Togo par le réseau de recherche panafricain Afrobaromètre continue de susciter une avalanche de réactions au sein de la classe politique togolaise. Un sondage qui aborde les questions qui liées à la limitation du mandat présidentiel, au retour à la Constitution de 1992 et de la candidature de Faure Gnassingbe à la présidentielle de 2020.

Comme un pavé dans la marre, cette enquête réalisée auprès de 1200 Togolais, révèle que la majorité des Togolais sont favorables au retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle.

Une exigence phare de la Coalition de 14 partis de l’opposition qui déversent des milliers de Togolais dans les rues depuis août 2017. Par ailleurs, l’on note que 53% des partisans de UNIR (au pouvoir) souhaiteraient voir Faure Gnassingbé « hors course » en 2020.

Si les résultats livrés par ce réseau recherche confortent l’opposition dans sa position, eh bien au sein du camp d’en face, la consternation est grande. Les partisans et sympathisants du chef de l’Etat, qui est dans l’exercice de son 3è mandat, dénoncent un sondage dénudé de toute objectivé.

Pour un militant farouche du parti UNR, qui le qualifie de « sondage de merde », l’enquête a été réalisée dans les bastions acquis à la cause de l’opposition.

« Quel résultat espériez-vous? Qui d’entre vous a été contacté pour ce sondage? Je ne connais personne qui a pris part à cette connerie de sondage. A chacun son sondage, tous les véreux viennent profiter de la crise et faire du chantage », a-t-il balancé sur les réseaux sociaux.

Pour un autre, cité par Togo Top Infos, le sondage est « partisan ». « Le seul sondage qui sera crédible est celui que le peuple aura exprimé à travers les urnes ». Un autre soutient que, c’est « une enquête aux issus incertains ».

Les conclusions de l’organisme Afrobaromètre, qui coordonne une série de sondages dans 33 pays africains, interviennent dans un contexte sociopolitique assez tendu marqué par la reprise des manifestions publiques de l’opposition, lesquelles découlent du blocage du dialogue en cours.

Réagissez par rapport à cet article sur : http://www.africatopforum.fr

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.