Gabon: Ali Bongo en avant-garde de la lutte contre les injustices sociales

8 Vues, 2 Aujourdhui

Le phénomène d’exode rural est un vrai casse-tête pour les gouvernants des pays africains. Nombreux sont ces jeunes qui se déplacent vers les villes à la quête du mieux être. Au Gabon, afin de lutter contre ce fléau, le président Ali Bongo a lancé le 21 avril dernier à Franceville, un Fonds d’initiative départementale (FID) pour moderniser l’arrière-pays, créer des emplois et assurer la croissance économique.

Les 48 départements du pays disposeront chacun d’une enveloppe d’un milliard qui devrait être utilisé au plus tard en fin 2019. L’argent proviendrait de la caisse de l’Etat et sa gestion sera assurée par le président lui-même.

Bien que la majorité des Gabonais y voit de la poudre aux yeux, encore une illusion de vendue, le président Bongo tient à rassurer la population. « Les populations vont réfléchir et vont donner deux ou trois choix (de secteurs à développer, ndlr) au préfet, le préfet va amener cela au niveau du gouverneur.

Le gouverneur réunira tous les préfets, tous les élus locaux, le gouverneur ensuite, transmettra cela au ministre de l’Intérieur qui m’amènera tous ces projets-là. Le Premier ministre et moi-même, nous allons revoir tout cela et c’est seulement là que nous allons donner l’ordre de décaisser », a déclaré le Ali Bongo expliquant de manière explicite son projet.

D’après plusieurs internautes, ce n’est pas la première fois que le président Gabonais fait des promesses qui à la fin ne sont presque jamais tenues. A cela s’ajoute un processus encore trop long dont la réalisation est fortement redoutée.

Toutefois, le président Bongo s’inscrit avec ce projet dans le processus de modernisation du Gabon et ce dans tout les secteurs d’activités.

Il déclarait tout dernièrement: « nous devons réduire les inégalités territoriales qui sont une forme d’injustice sociale. Et pour cela, développer le Gabon de façon harmonieuse sur l’ensemble du territoire…avant de répartir équitablement la richesse, ce qui doit être l’un des objectifs de la politique, on doit d’abord la créer. Il ne peut donc y avoir de justice sociale sans, au préalable, qu’il y ait activité économique. C’est un point fondamental. Et ce doit être ainsi que l’on conçoit aujourd’hui, en 2018, la décentralisation au Gabon. Les jeunes Gabonais ne doivent pas avoir pour seule perspective de rejoindre Libreville ou Port-Gentil pour y travailler et faire carrière ».

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *