Algérie: 15 migrants subsahariens périssent au large à Ain-Turk (Oran)

L’Algérie est devenue depuis quelques mois la destinée préférée des migrants subsahariens qui déferlent sur son sol ou on a déjà annoncé le chiffre de cinq cent (500) migrants rejoignent l’Algérie, car se sauvant des guerres civiles existantes dans leurs pays d’origine. La majorité d’entre eux viennent du Niger et du Mali.

Ils s’installent dans ce pays qu’est l’Algérie d’une façon désorganisée et ou pratiquement, on les retrouve dans la majorité des wilayas algériennes, et allant même dans les coins les plus éloignés, soit dans des quartiers et des villages se trouvant dans des villes qui sont loin des chef-lieu des wilayas.

Les risques sont omniprésents et ou les autorités algériennes comptaient bien les renvoyer vers leur pays d’origine, bien que l’opération coûterait cher aux caisses de l’Etat. Il y’a nécessité surtout de les organiser en les mettant dans des camps unifiés pour ne pas les voir occuper tout les territoires de ce pays.

Les risques, il en existe, et pas plus que récemment, pas moins de cinq corps sans vie de ces ressortissants subsahariens, candidats à l’émigration clandestine, ont été découverts à bord d’une embarcation pneumatique en provenance du Maroc. Dix-neuf autres auraient été secourus dans la journée de samedi passé, au large de Cap Falcon (Aïn El-Turck/Oran) par les unités territoriales des garde-côtes de la ville en question.

Dans un communiqué, on peut lire que « suite à un avis de recherche émanant des autorités espagnoles, en date du 27 avril dernier, faisant état de 39 candidats à l’émigration clandestine, tous de ressortissants africains, ayant pris le départ depuis les côtes de Nador ( Maroc) pour rallier les côtes espagnoles, les unités territoriales des garde-côtes, en patrouille en mer, ont découvert dimanche, à 2 miles au Nord de Cap Falcon, 15 corps sans vie de subsahariens à bord d’un pneumatique et secourus 19 autres migrants clandestins. ».

Les raisons de ces décès sont multiples, où on citera entre autres les mauvaises conditions climatiques ayant sévi sur la région, ces derniers jours. Cet état de fait serait à l’origine de ce drame. C’est en tous les cas ce que les services de la protection civile de la ville d’Oran ont indiqué.

Les services en question et une fois avisés ont mobilisé une équipe de plongeurs professionnels pour lancer les recherches en mer et retrouver les cinq autres personnes portées disparues. Notons enfin que les rescapés étaient évacués vers l’hôpital d’Aïn El-Turck, dans un état de santé  dégradé. Sur place, les rescapés sont actuellement pris en charge sur le plan psychologique surtout puis sur le plan de leur santé physique.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.