Femme et muscle, ce que le body-building nous apprend sur les métamorphoses du féminin

19 Vues, 4 Aujourdhui

Sénégal-France : Khoudiedji Sidibé, alias Tjiki Sidibé, Vice-Championne du Monde 2012. Suivre les évotions de cette grande personnalité des compétitions du muscle féminin est l’occasion d’observer les transformations en cours du féminin. Comme pour le foot féminin, le muscle n’est plus réservé aux hommes.

Le monde du muscle est un monde étrange de passionnés, hommes ou femmes, qui s’entraîne chaque jour 1 h, parfois 5 heures, et contrôlent leur alimentation à la calorie près et boivent des boissons étranges faites de poudre d’extraits de protéines afin d’aider leurs muscles à grossir. Ce sont des sportifs exigeants dont l’objectif est de faire de leur corps une sculpture capable de séduire leur jury.

On peut évaluer le nombre de pratiquants à plus de 30 millions de personnes,  presque un pays, dont Khoudiedji Sidibé, alias Tjiki, serait une vice-reine auréolée de son titre de vice-championne du monde 2012.  PHOTO : Notre vice-championne du monde, amie du franco-sénégalais Omar SY :

.

 

En Espagne, pour la compétition ARNOLD CLASSICS, avec Arnaold SWHARZENEGGER

 

La sculpture vivante d’un nouvel  idéal du féminin ?

Tjiki est une personne très aimée, très naturelle est simple. Elle a aussi une ambition extraordinaire, une volonté de fer. D’aucuns diraient qu’elle « sait ce qu’elle veut », et rien ne peut la détourner de son objectif de devenir championne du monde dans sa discipline ! La photo ci-dessous montre bien cette réinvention de la féminité, mêlant force, esthétique et sensualité. Femme française et africaine à la fois.

 

Par Paul K., à Lomé, TOGO

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *