Libye: brouille entre le groupe Total et Tripoli

La Libye a beau être dans l’instabilité politique, elle ne perd pas de vue ses biens pour autant. Le gouvernement d’ « union nationale », reconnu par la Communauté internationale, veut reprendre en main l’économie du pays.

Après avoir fait part de sa volonté de récupérer les prêts accordés par le régime de Mouammar Kadhafi à plusieurs pays africains, c’est autour du groupe français Total d’être dans le viseur de Tripoli.

Les autorités libyennes contestent en effet un « deal » passé entre Marathon OilLibya et la française Total. Depuis, le torchon brûle entre les deux camps.

Pour comprendre l’impasse, il faut remonter à mars dernier. Total rachetait Marathon OilLibyapour 450 millions de dollars, d’après les sources financières. L’opération concernait les concessions du gisement de Waha. Plus d’un mois après, Tripoli conteste fait la moue. Le gouvernement local juge dérisoire le montant de la transaction.

D’après l’agence de presse Reuters, le pouvoir central libyen examine la valeur de la participation de 16,33% en vue de lever éventuellement des fonds pour une contre-offre grâce à un financement du fonds souverain libyen, la Libyan Investment Authority (LIA).

Une volte-face évidemment pas au goût de la direction de Total. Le board de l’entreprise pétrolière et gazière française privée ne tardera pas à réagir suite à l’annonce de Tripoli. A son PDG, Patrick Pouyanné, de monter au créneau. Pour lui, l’acquisition de la Marathon Oil Libya est finalisée. Et ce depuis le 31 mars (2018).

S’exprimant devant des analystes financiers,Le PDG du groupe Total a affirmé avoir « prévenu les autorités libyennes longtemps à l’avance » alors que « d’un point de vue strictement légal, ni la loi libyenne, ni l’accord de concession n’exige une approbation formelle. ». Patrick Pouyanné assure qu’ « il n’y a eu aucune objection » et donc que « l’acquisition est faite » et que les actions de Marathon Oil Libya sont aujourd’hui dans les mains de Total. ». Des prémices à une bataille judiciaire.

Selon les journaux spécialisés, l’acquisition effectuée par Total doit lui donner accès à des réserves et ressources de plus de 500 millions de barils équivalent pétrole, à une quote-part de production immédiate d’environ 50.000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j) ainsi qu’à un potentiel d’exploration important sur la zone des concessions répartie sur plus de 53 000 km2 dans le bassin prolifique de Syrte. Mais le vétode Tripoli remet tout en cause.

De nombreuses sources, une contre-offensive de la National Oil Corporation (NOC), la compagnie pétrolière publique libyenne, est attendue dans les semaines à venir.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.