Algérie/Ramadhan 2018 : des mesures concrètes pour maîtriser les prix des produits alimentaires

En Algérie et à chaque approche du mois sacré du Ramadhan, les prix de la majorité des produits alimentaires montent en flèches. Qu’ils soient des produits de première nécessité ou autres, les prix doublent des fois et connaissent une remontée de plus de 25%, par rapport aux autres mois de l’année. Certains citoyens de la classe moyenne n’arrivent pas à passer le mois de Ramadhan qui débutera soit le 16 ou le 17 du mois en cours, comme il le faut.

Le ministre du commerce, D.Said et lors de son intervention sur une radio nationale (Chaine 1 émettant en langue Arabe) aura annoncé la tenue d’une réunion durant le mois sacré du carême et ce avec les opérateurs activant dans les différentes filières de production pour évaluer le volume de la production nationale à même de répondre aux besoins du marché.

Le responsable du secteur du commerce en Algérie affirme que toutes les mesures ont été prises pour le mois sacré. Il annoncera entre autres, l’ouverture de marchés mobiles à travers les différentes régions de l’Algérie. Chaque wilaya aura au moins deux à trois matchés par jour sur différentes municipalités que comptent chaque wilaya.

Il est de coutume que chaque mois de Ramadhan, des marchés organisés se tenaient dans les différents coins et recoins du pays, afin de subvenir aux besoins des familles et offrir les produits alimentaires de première nécessité. Certains produits entreront dans les marchés trois à quatre jours avant le premier jour du carême. Des prix qu’on annoncera à la portée de la couche moyenne et les plus démunis.

Sur un autre registre, il y’aura certainement une richesse coté fruits et légumes durant le Ramadhan. Pour ce dernier, on annonce que plus de huit-mille agents d’inspection et de contrôle seront présents au niveau des marchés. Cela permettra de contrôler les prix  affichés, s’ils sont logiques ou bien exorbitants. Tout comme il y’aura la mise en place d’un nouveau système d’information permettant aux services du ministère d’accéder quotidiennement, à travers les différentes wilayas, aux informations concernant les prix avant 10h00.

Mais en cas où il y’aura un doute, le ministère de la tutelle pourrait le cas échéant intervenir pour y remédier à la situation et trouver les solutions qui s’imposent. Pour le ministre, l’approvisionnement du marché en viandes sera suffisant durant le mois sacré. Ce sera le même cas pour le lait dont le problème d’approvisionnement avait été entièrement réglé grâce à l’augmentation des importations de la poudre de lait et aux mesures prises par le ministère de l’Agriculture. Ceci, bien que dans certaines régions du pays, des chaines interminables sont là pour montrer que la crise du lait est loin d’être réglée.

D’ailleurs, les citoyens se montrent un peu inquiets par rapport à cet état de fait et espèrent toutefois que le problème de distribution et d’approvisionnement de ce produit de première nécessité connaitra son épilogue au moins durant les trente jours du mois de Ramadhan.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.