RD Congo: encore quatre corps retrouvés par la justice, le pouvoir refoule toute responsabilité

7 Vues, 1 Aujourdhui

Enfin la justice congolaise a retrouvé les corps des quatre accompagnateurs des missionnés onusiens tués. Cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, a connu une évolution. On se souvient de la disparation de l’Américain Michael Sharp et Suédo-chilienne Zaida Catalan, tous deux en mission pour l’ONU en République Démocratique de Congo. Ils avaient été enlevés le 12 mars dernier avec quatre Congolais dans la province du Kasai-central pendant qu’ils enquêtaient sur les violences de Kasai.

En début de semaine, la justice a annoncé la découverte des corps des trois conducteurs de moto et l’interprète qui les accompagnait. Cette découverte va permettre une avancée dans le processus judiciaire.

Selon les autorités en charge des droits de l’homme, le service de renseignement congolais, dans ses investigations, a retrouvé le corps de certains Congolais.

« Les enquêteurs de l’État congolais ont retrouvé les corps de quatre Congolais qui accompagnaient les experts de l’ONU », a déclaré Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolais des Droits humains.

Et de poursuivre le ministre avance que « ces corps ont été retrouvés dans une fosse commune dans le village de Moyo Musuile où les cadavres des experts onusiens avaient été découverts le 28 mars 2017 ».

Pour s’assurer des identités de ces corps, les autorités congolaises font appel aux médecins légistes.

« Des médecins légistes doivent travailler pour relier chaque corps trouvé à un nom parmi les personnes » censées avoir accompagné les deux experts de l’ONU, notamment des analyses ADN », a-t-il ajouté.

L’ONU très remontée, veut clarifier cette affaire et souhaite que le pouvoir en place évite toute ingérence.

« Il est important que justice soit faite », dixit Florence Marchal, porte-parole de la mission de l’ONU en RDC (Monusco).

Si d’aucuns pensent que le pouvoir de Kabila serait derrière cet enlèvement, le gouvernement refoule toute responsabilité. Les dirigeants Congolais affirment que les deux experts ont été tués par des « terroristes » du mouvement Kamuina Nsapu.

Vivement que la justice fasse son travail en toute indépendance et que les auteurs de ces forfaits soient punis conformément aux

 

 

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *