Protection des données personnelles: le Sénégal bon élève

Le Sénégal a fait beaucoup d’efforts en matière de protection des données personnelles. Le constat a été fait cette semaine par les responsables de l’Internet Society en Afrique et l’Union africaine. C’est  l’un des premiers pays à se doter d’une structure dans ce sens. D’où la satisfaction de ces responsables.

« Le gouvernement sénégalais a fait preuve de son engagement à faire face aux défis liés à la technologie. Le Sénégal est le premier pays à avoir signé la Convention de l’Union Africain de Malabo sur la cyber-sécurité et la protection des données personnelles », a rappelé Souhila Amazouz, chargée de mission à la Commission de l’UA.

C’était lors d’un point de presse de l’Internet Society, en marge du 5ème Sommet africain de l’internet qui s’est achevé vendredi  11 mai 2018 à Dakar.

L’engagement du Sénégal dans la cyber-sécurité est indéniable, à en croire Dawit Bekele, Directeur du Bureau Régional pour l’Afrique de Internet Society. Dans le pays, les autorités ont tenu à mettre en place plusieurs mécanismes notamment la Commission nationale de protection des données personnelles (Cdp).  Pour le Directeur du Bureau Régional, des efforts ont été faits certes, mais il faudrait maintenir la vigilance, accroitre les efforts pour faire du Sénégal, un Paradies pour les utilisateurs.

Au-delà du Sénégal, Dawit Bekele a invité les pays africains à s’inspirer de l’exemple sénégalais. Il en a profité pour plaider pour un « Internet sûr » confié à des fournisseurs d’accès à internet fiables pour que les données personnelles ne soient pas partagées avec n’importe qui.

« Nous avons tous des données personnelles à protéger. Pour ce faire, il faut un travail collectif entre l’Etat, les usagers, les associations, les fournisseurs d’accès et la société civile », a indiqué Dawit Bekele.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *