Face aux défis sécuritaires, les chefs d’Etat-major de la CEDEAO veulent « formater » leurs armées

90 total views, 3 views today

C’est  une évidence. Le comité des Chefs d’Etat-major de la CEDEAO (CCEM) demeure confronté aux défis liés à l’éclosion de nouveaux foyers de crises armées, l’essor du terrorisme, la multiplication d’actes de piraterie, la persistance du crime organisé et la circulation incontrôlée des armes.

A l’occasion de la 38è réunion ordinaire du Comité des Chefs d’Etat-major de la sous région, ouverte lundi à Lomé, la grande muette planche sur le nouvel élan à imprimer au désir de partager de paix et de sécurité pour l’intégration effective et le développement auxquels aspirent légitimement les peuples.

En effet, cette réunion se tient à un moment où la sous région continue de faire face à de nombreuses, multiformes et complexes menaces. Les acteurs nouveaux, nourris à une idéologie fanatique et dogmatique voire même barbare, frappent leurs cibles partout. Leur mode d’action, il faut le dire, déconcertent les forces de défense et de sécurité, formées pour faire la guerre conventionnelle.

Ils opèrent au mépris de toutes les règles de la guerre et ils recourent aux tactiques et stratégies de guérilla en utilisant tous les moyens qui peuvent tuer bien aussi les civils que les militaires.

La capacité opérationnelle transnationale de ces groupes réside dans leur flexibilité à s’adapter, innover, se réorganiser rapidement, en gardant ainsi intact leur pouvoir de nuisance malgré les efforts des pays de la zone et de la communauté internationale.

« Pour combattre ces ennemis invisibles, nous nous devons formater nos armées en adaptant régulièrement leur formation aux exigences du terrain », a déclaré Solitoki Esso, ministre d’Etat togolais, représentant personnel du président de la République togolaise, président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO.

« Les présentes assises offrent l’opportunité de consolider les liens de solidarité qui nous unissent, liens qui, malgré ces menaces sécuritaires, trouvent de nouvelles raisons de se renforcer », a-t-il poursuivi.

Ces défis qui sont nombreux, multiformes, pressants, obligent les armées à agir en synergie avec diligence et en mutualisant les efforts et les moyens pour sortir la sous région de ces incertitudes.

Dans cet esprit, cette réunion ordinaire du comité va poser les jalons en ce sens et déboucher sur des décisions équilibrées qui permettent à la communauté de donner une impulsion nouvelle à la construction de l’architecture sous-régionale de paix et de sécurité, notamment en ce qui concerne les structures et la doctrine de sa force en Attente.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.