Finances/Banques: pas de dividende pour les actionnaires d’Ecobank pour l’année 2017 !

37 Vues, 4 Aujourdhui

Ecobank Transnational Incorporated (ETI) a renoué avec la rentabilité. La banque panafricaine a réalisé, pour l’exercice 2017, un bénéfice de 182 millions de dollars US alors qu’en 2016, elle enregistrait une perte de 39 millions de dollars US.

L’information qui a été révélée depuis fin avril dernier par le board du groupe bancaire n’a pas mis du temps à faire ses choux gras de la presse économique.

Mais alors qu’on pensait que les actionnaires d’ETI devraient se frotter les mains eu égard aux dividendes qui s’annonçaient, ceux-ci ont vite déchanté. Et pour cause, Ecobank leur a fait savoir qu’elle ne versera pas de rétributions pour le compte de l’exercice 2017.

Au Conseil d’administration de l’institution bancaire de monter au créneau pour faire passer la pilule. Comme raisons, l’état-major d’ETI avance plusieurs justificatifs. La législation ghanéenne, la première.

En effet, d’après Emmanuel Ikazaboh, le président du Conseil d’administration d’Ecobank, la banque centrale du Ghana impose désormais aux banques installées sur le territoire ghanéen de porter leurs capitaux sociaux de 120 millions de Cedis ghanéens à 400 millions de Cedis.

Un changement qui contraint Ecobank Ghana, qui rémunère fréquemment et de manière importante ses actionnaires, à réduire considérablement ses dividendes.

Aussi, la banque devra financer son augmentation de capital avec ses bénéfices mis en réserves. Après Accra, il y a aussi Abidjan qui constitue un caillou dans la chaussure du board d’ETI. On apprend que l’offre publique initiale d’Ecobank Côte d’Ivoire sur la Bourse d’Abidjan a porté la participation du groupe au capital de 94% à seulement 75%, avec un impact proportionnel sur les revenus de ses dividendes à court terme.

Pour finir, la croissance des bénéfices, dans l’ensemble des 36 filiales africaines d’Ecobank, a été plombée par des créances douteuses plus élevées et une activité économique faible en Afrique centrale.

La réaction des investisseurs est attendue par les analystes financiers
« Bien que nous ayons déjà signalé que la reprise à court terme des versements de dividendes en espèces serait difficile, cela n’enlève rien à la déception et la tristesse du conseil d’administration de ne pas pouvoir récompenser la fidélité de nos actionnaires cette année », a expliqué Emmanuel Ikazaboh.

Ce dernier a invité les actionnaires du groupe à plus de patience car, explique-t-il, les dirigeants travaillent à retourner vers un cercle vertueux dans lequel les paiements des dividendes seront désormais ininterrompus et en pleine croissance.

D’après les informations, la valeur ETI a connu une progression de 16,18% depuis le début de l’année sur le Nigeria Stock Exchange, le principal marché financier où le groupe est coté. Mais cette performance boursière reste inférieure à celle des autres banques d’envergure, présentes sur le Nigeria Stock Exchange.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *