Togo: les organisations de jeunes, engagées vers l’atteinte des « 90-90-90 »

Dans le souci de rendre plus efficaces les interventions des réseaux de jeunes dans la lutte contre le VIH/SIDA et faire d’eux des acteurs incontournables et respectés des différents partenaires, la Coalition Nationale des Réseaux de Jeunes impliqués dans la Riposte au VIH et la promotion de la santé de la Reproduction (CONARJES) et d’autres réseaux de jeunes ont jugé de la nécessité de mobiliser leurs pairs.

L’ambition est qu’ils puissent efficacement jouer leur rôle de pourvoyeur de solution d’une part, et de contrepoids aux décisions des autorités et des partenaires techniques et financiers d’autre part, pour le mieux-être des jeunes confrontés aux conséquences néfastes des IST/VIH/SIDA.

En effet, les organisations de jeunes ont déployé beaucoup d’efforts pour lutter contre le VIH/SIDA. Mais par manque de collaboration au sein de ses différentes organisations de jeunes, il faut remarquer que ces efforts semblent rester dans l’oubliette et que les adolescents et les jeunes sont relégués au second rang dans les prises de décision, ce qui annihile leur leadership.

Pour M. Zekpa Apoté, « la consolidation des acquis des organisations des jeunes et l’amélioration de leur intervention dans la lutte contre les IST/VIH/SIDA et la promotion de la SR au Togo, constituerait la preuve de notre détermination à œuvrer ensemble ».

En tenant en compte ses efforts disproportionnés, il urge d’analyser les acquis des goulots d’étranglement en matière de lutte par les organisations de jeunes qui sont autour de cette riposte.

Accélérer la fin de l’épidémie de SIDA d’ici 2030 nécessite un engagement politique fortement concerté afin d’arrêter les nouvelles infections et les décès parmi les jeunes filles et les adolescentes, éliminer la transmission du VIH de la mère vers l’enfant. Cette action nécessite la création et l’expansion des engagements du Togo en ce qui concerne les droits et la santé sexuelle et reproductive.

Pour note, la prévalence dans la population générale togolaise est estimée à 2,5% en 2013. Et selon les estimations Spectrum 2045, la prévalence serait de 2,4%.

L’épidémie du VIH au Togo étant de type généralisé, le pays a ratifié les recommandations internationales en matière de lutte contre le VIH dont l’une est la stratégie 90-90-90 de l’ONUSIDA.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *