Santé: plus de 70% des Marocains seraient contre l’avortement !

95 total views, 2 views today

Des sujets tabous, il en existe encore, mais certains d’entre eux ne le sont plus par la force des choses, avec la société qui avance et qui met tout en relief pour que des sujets importants sortent de l’ordinaire, où comme on le dit souvent dévier la trajectoire et leur donner une autre dimension dans la société.

Certes, dans certaines régions et autres tribus existants à ce jour, les traditions ne permettent pas la permutation vers un meilleur avenir, d’où l’attachement aux « Us et coutumes », importants pour l’épanouissement de la société. L’interruption volontaire de grossesse deviendrait de ce fait obligatoire, si ce n’est une nécessité, afin soi-disant préserver son « honneur ».

Prenons le cas de l’avortement, ce phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans pratiquement tous les pays du monde. Un phénomène qui permet à la femme de se débarrasser d’un bébé issu d’une relation amoureuse hors-mariage, d’où la peur de la réaction de l’entourage proche.

Sans connaitre les méfaits de l’avortement, des jeunes filles en bas âge passent quand-même à l’acte, car dit-on, n’a pas le choix, sinon elle serait la risée de son entourage. Au Maroc, on parle d’un parti politique qui aurait proposé une loi pour l’IVG.

Mais les sondages effectués affirment que la majorité des marocains sont contre cet acte, qu’ils considèrent comme étant illégal. A cet effet, sur 1000 personnes interrogées sur cette question, plus de 70% d’entre elles ont montré leur refus de passer à une action pareille (Avortement). Il en existe néanmoins 13% qui seraient « Pour ».

Par exemple, sur l’axe Rabat/Kenitra, 62% des citoyens sont contre l’interruption en question (IVG), alors qu’à Casablanca, il y’aurait au minimum 81% qui seraient aussi contre. Cependant dans le sud du pays, à l’image de Beni Mellal, le taux est assez considérable, où plus de 90% sont contre.

Cependant, l’avortement est autorisé dans ce pays (Maroc) que dans certains cas, soit une grossesse affichée suite à un viol et une autre survenue suite à un inceste et dans les dans les deux cas, à condition qu’il y’ait danger pour la vie et la santé de la mère biologique. Le troisième et dernier cas est celui lié aux graves malformations et maladies incurables pour le fœtus.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.