Les Camerounais célèbrent leur fête nationale dans le sang

225 total views, 3 views today

Le Cameroun a commémoré dimanche 20 mai sa fête nationale. Le 20 mai 1972, la République Fédérale du Cameroun est devenue République Unie du Cameroun.

Placée sur  l’unité du pays, la célébration de  la 46e édition sensée réunir les fils et filles d’un même pays au tour d’un idéal commun, a été marquée par plusieurs attaques dans les régions anglophones, ayant causé la mort d’au moins 10 personnes, selon BBC Afrique.

La même source indique que deux soldats ont été tués et qu’un important stock de matériel de guerre a été saisi selon l’armée et des sources médicales.

Plusieurs autres sources indiquent que la première attaque a eu lieu à Belo, dans la région du Nord-ouest. « Cette attaque a visé un poste de contrôle de l’armée ».

A Batibo, des hommes armés ont tenté d’empêcher la célébration de la fête. C’est dans cette localité qu’un sous-préfet avait été enlevé le 11 février 2018 par des présumés séparatistes, rapporte également BBC Afrique.

Dans le Sud-ouest du pays, un policier a été tué à Ekona et le maire de la localité de Banguem et son adjoint ont été enlevés par des hommes armés.

Adolphe Lele Lafrique, gouverneur de la région du Nord-ouest, indique cependant que ces incidents n’ont pas perturbé le bon déroulement de la fête.

Les villes des deux régions anglophones sont restées fortement militarisées. Des civils qui ont participé à la commémoration ont été escortés à la Place des fêtes par l’armée.

De présumés séparatistes menaçaient depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux de troubler les célébrations de la fête nationale.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.