Togo: Me Kpande-Adzare répond aux propos choc du ministre Yark

583 total views, 1 views today

« Le centre communautaire de Bè n’est pas le salon de Me Kpandé-Adzaré ou du professeur Dosseh, c’est est un lieu public. Il est géré par la commune ». Ces propos sont ceux du ministre Yark Damehame, lors d’une intervention lundi sur les ondes de RFI. Il se prononçât sur l’interdiction d’une conférence-débat publique, que le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) prévoyait animer samedi dernier dans les locaux dudit centre.

« La loi du 16 mai recommande aux organisateurs d’informer par écrit l’autorité administrative de leurs manifestations dans un lieu public. Ils ne l’ont pas fait. Ce n’est pas normal. On est quand même dans un pays organisé. Que les lieux soient fermés ou pas, mais c’est public », a ajouté le ministre de la sécurité et de la protection civile.

En clair, le Général Yark a estimé que le centre communautaire de Bè est un « lieu public » et que les responsables du FCTD n’ont reçu aucune autorisation d’y organiser leur réunion.

Comme une réponse du berger à la bergère, Me Raphaël Kpandé-Adzaré, deuxième porte-parole du FCTD, a réagi aux propos du ministre Yark. Reçu mardi 22 mai 2018 sur Victoire Fm, une radio privée de la capitale togolaise, ce dernier a soutenu que le ministre en charge de la sécurité fait une interprétation erronée et biaisée de la loi sur la liberté de manifestation.

« Cette activité ne rentre pas dans le cadre d’une activité dont il faut demander une autorisation. C’est une activité qui n’est pas de nature à troubler l’ordre public. C’est pourquoi le Front Citoyen Togo Debout n’a senti la nécessité d’informer les autorités publiques », a-t-il laissé entendre.

Pour le deuxième porte-parole du FCTD, si l’on s’en tient à cette interprétation de la loi du 16 mai, cela voudrait dire que « toutes les conférences de presse, toutes les réunions des organisations de la société civile seront soumises à une déclaration préalable de l’autorité ».  « Ce qui n’est pas normal », dixit Me Kpandé-Adzaré.

Et de poursuivre: « J’ai été très scandalisé, très ahuri d’attendre le ministre dire que nous sommes dans un état organisé, qu’on n’était pas dans un salon de Me Kpandé-Adzaré, ni de celui du Prof Dosseh. Je voudrais tout simplement lui demander si nous sommes dans un état organisé, comme ils le disent, que cherche les groupes d’auto-défense dont il a parlé depuis un certain temps, c’est-à-dire des miliciens dans un état organisé ? Non, il ne faut pas qu’on trompe les Togolais. Même la Communauté internationale est avertie et connait tout ce qui se passe aujourd’hui au Togo ».

Il est à noter que depuis la création du Front Citoyen Togo Debout (FCTB), toutes ses initiatives ont fait l’objet d’interdiction. Certains responsables du front ont même été arrêtés puis relâchés par la suite. Une situation que dénonce l’opposition dans son ensemble.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.