Algérie: Pour une meilleure place au niveau africain !

La journée internationale de l’Afrique a été célébrée jeudi passé dans la capitale algérienne, Alger en l’occurrence. Une journée qui a été marquée par la présence des personnalités politiques algériennes, dont le ministre des affaires étrangères algérien, M.Abdelkader, du président du conseil constitutionnel algérien, M.Mourad, ainsi que des membres du gouvernement et des membres du corps diplomatique accrédité à Alger.

 

Cette célébration coïncidant avec le 55è anniversaire de la création de l’OUA (organisation de l’unité africaine) qui était en date du 25 mai 1963. Pour l’histoire, cette création a vu le jour, lorsque pas moins de trente  dirigeants africains indépendants avaient signé la charte constitutive à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie.

 

Depuis, l’OUA a tout fait pour la promotion du continent africain, qui reste un acteur important dans les relations internationales. Une organisation qui était toujours capable de traduire les aspirations des peuples africains, tout en faisant tout pour améliorer les conditions de vie de ces derniers.

 

Revenons à cette célébration, notons que les intervenants présents avaient privilégié les intérêts communs. Tout comme elle met l’accent sur   l’unité et l’importance de prendre en charge collectivement la sécurité du continent dans le but de faire face aux défis qui attendent ce dernier.

 

Sur le plan économique, et au cours de cette journée, le chef de la diplomatie algérienne avait réitéré l’engagement permanent de son pays  dans le processus d’intégration économique de l’Afrique. Et ce processus où l’Algérie s’est investie dans la réalisation d’importants projets structurants qui ont permis entre autres de renforcer les atouts du continent dans le domaine.

Sur un autre registre, le MAE algérien a soutenu que la réalisation d’un projet quelconque, entrant dans ceux dits « Régionaux » intégrateurs et identifiés dans le cadre du NEPAD et inscrits dans l’agenda 2063 et dans son premier plan de mise en œuvre de celui de la décennie allant de 2013 à 2023. Idem pour l’instauration à Kigali en mars 2018 de la Zone de libre-échange africaine (Zlecaf).

 

Il dira à cet effet que ces projets ne manqueront pas de renforcer le commerce et les investissements intra-africains. « L’Algérie s’est investie dans la réalisation de projets régionaux structurants qui confortent les atouts économiques du continent, comme la route transsaharienne Alger-Lagos, la dorsale transsaharienne à fibre optique Alger-Abuja et le gazoduc Alger-Lagos.». Dira le chef de la diplomatie algérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *