Tunisie: des candidats pour le poste de Premier ministre

Il parait que le maintien de Chahed Youssef à la tête du gouvernement tunisien n’est pas encore réglé dans les hautes sphères de l’état, ou le président Beji-Kaid-Sebsi tergiverserait encore à le maintenir ou le remplacer par un autre. Pour le moment, l’actuel chef du gouvernement est en place et les tunisiens attendent avec impatience ce que donneront les prochaines semaines, quand à l’avenir du gouvernement.

Il faut dire que certains politiciens ne souhaitent pas le maintien de C.Youssef à la tête de la plus haute instance après le poste de président de la république. Ceux qui pensent comme ça ont leurs raisons certainement, surtout avec la baisse du coup d’achat, le chômage qui s’accroit de mois en mois, sans oublier l’économie de ce pays qui semble stagner.

Une économie, dont un bon pactole venait du tourisme, qui joue un grand rôle donc dans la croissance économique de ce pays maghrébin. D’autres paramètres font que des tunisiens ne voudraient pas voir l’actuel chef du gouvernement reconduit dans son poste.

Les dernières élections municipales du 08 Mai passé, complétées par celle dites « Partielles » dans une région de Tunisie et qui se sont déroulées hier (Dimanche 27 Mai 2018) à Mdhilla, montrent que le taux de participation qui n’avait pas dépassé les 40% reste une preuve tangible que les tunisiens ne voudraient pas voir leur pays reculer, mais avancer.

Ceci dit, ceux qui sont avec le maintien de l’actuel gouvernement ne pèsent pas trop et les noms circulent déjà sur les potentiels candidats susceptibles de succéder ou de remplacer l’actuel chef du gouvernement tunisien, et qui auraient été proposés à la présidence de la république.

On citera pêle-mêle l’actuel ministre des finances, Chalghoum Rédha et l’ancien gouverneur de la banque centrale tunisienne, Toufik Baccar. La nomination d’un nouveau chef de gouvernement ou le maintien de l’actuel s’effectuera dans les heures, voire les jours ou les semaines à venir. Les tunisiens meurent en tous les cas d’impatience pour connaitre le sort de ce premier poste dans le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *