ENTRETIEN POLITIQUE AVEC LE PR ALEXANDRE/ABDELATIF FEKKAK

En charge des relations Europe-Afrique pour l’UDLEF :

(Union Démocratique : Liberté, Egalite et Fraternité)

Candidat aux élections européennes en 2019 pour l’UDLEF

 

Président

FEDERATION MONDIALE DE LA DIVERSITÉ EURO-AFRIQUE (FMDEA, siège Bruxelles)

Question N°01 Pr Alexandre/Abdelatif FEKKAK, on connaît bien l’UDLEF, mais on connaît moins votre partenaire FMDEA, comment est née l’idée de cette Fédération Mondiale de la Diversité des Euro-Afrique (FMDEA) dans la capitale de l’Union Européenne à Bruxelles pour consolider l’idée à la fois du Fédéralisme en Afrique et  le Fédéralisme en Afrique ?

Pr Alexandre/Abdelatif FEKKAK : Le projet de la FMDEA qui, a été pensé et rédigé en 2017 bien avant le 5è Sommet de l’Europe/Afrique, est déposé le 20 janvier 2018 à Bruxelles, est porteur d’une vision non seulement de fédérer les 87 millions de la diversité des bi-continentaux, sinon des binationaux, voire des ‘’cerveaux en fuite’’ et la masse des immigrés euro-africains, vivant en Europe (des binationaux et des bi-continentaux), mais aussi l’ambition de constituer aujourd’hui une force de proposition, sinon une force politique  avec l’UD LEF (dont l’ADN du Parti est le Fédéralisme européen) pour construire ensemble pour nos enfants à la fois ‘’le fédéralisme de l’Europe par sa matière grise’’ et le ‘’Fédéralisme d’Afrique par sa matière première’’.

C’est une très grande erreur de l’Afrique comme une proie fragile entre les mains des grands Etats-continents prédateurs.

Il y a 150 ans, l’Europe découvrit l’Afrique. Il y a 70 ans, elle fut colonisée. Il y a 40, elle l’ignorait. Il y a 30 ans, on l’a délaissé. Il y a 20 on l’a démystifié. Il y a 10 ans, l’Afrique devient la proie économique abandonnée aux nouveaux prédateurs Américains, Chinois, Russe, Japonais, l’Indou, britannique, Turque etc. L’ère de l’Euphorie économique postindépendances des années 60, le militantisme politique et la bonne volonté des partis politiques locaux au pouvoir sont bel et bien révolus. Aujourd’hui, on crée plus d’entreprise pour le co-développement, mais cela ne suffit plus à compenser la faillite des Etats en Afrique au quelle faut-il ajouter les emplois biodégradables ou voués à la disparition par le changement de la technologique avancée, la modernisation et la mondialisation ?

L’Afrique est certes le 1er pays le plus riche du monde (2/3 des réserves mondiales des matières premières), mais l’Afrique divisée et pulvérisé, est la plus pauvre des continents en raison de la mauvaise gouvernance de ses leaders, sans vision fédéraliste des Etats, sans aucune stratégie d’avenir pour nos enfants, sans renouvellement de ses leaders politiques, sans changement de ses structures démocratiques tous et la méritocratie pour chacun et sans changement de culture politique et de valeurs ajoutées pour s’intégrer dans la mondialisation sans frontière économique. Aujourd’hui, l’Afrique devient au cœur de la croissance de la mondialisation, ce changement brutal, avec le retour du Maroc dans le giron de l’Union Africaine (UA), la vision du 5è Sommet de l’Europe/Afrique de 2017, la création de la ZLEC (Zone de Libre Economique du Commerce) alors que le Commerce des 15 intra-pays  de la CEDEAO ne dépasse par 12% pour un marché de 320 millions etc.

A ce titre, le Projet de partenariat entre l’UDLEF et la FMDEA va plus loin en proposant à la fois le Fédéralisme des Etats d’Afrique et le Fédéralisme des Etats d’Europe, c’est ce que l’on va expliquer à nos militants, adhérents, sympathisants, voire aux marchés électorales de la diversité des bi-continentaux de 87 millions d’euro-africains qui avec la force de verbe, la puissance de son analyse politique de l’Afrique, le poids des

images métaphoriques, le caractère massif des concepts d’ordre continental, la magie des mots et les mots magiques sont en mesure de bouleverser la jeunesse européenne et les intellectuels de la diversité des euro-africains pour ‘’construire ensemble et vivre ensemble’’ à la fois l’Europe Fédérale (EF) et l’Afrique Fédérale (AF).

C’est un projet politique bi-continentale titanesque que l’UDLEF et la FMDEA vont faire des offres politique à l’Europe et l’Afrique et de ‘’nous faire rêver’’, mais si l’équipe politique de l’UDLEF et l’équipe associative de la FMDEA échouent dans la ‘’vente de l’idée de ce projet du fédéralisme’’ en terme de markéting politique, nos enfants qui prendront la relève historiciste du projet ‘’de construire et vivre ensemble’’ (au sens de l’école de Frankfort) et ils deviendront ‘’des stars et des étoiles’’ dans le fédéralisme de l’Europe et de l’Afrique.

 

Question : Pensez-vous que l’Afrique aujourd’hui est imprévisible et imprédictible non seulement avec ses leaders traditionnelles, mais aussi avec double culture afro-africaine, mi-traditionnelle et mi-moderne, retardataire avec une horloge biologique à l’heure africaine, face à la mondialisation sans frontière, n’a pas de chance de survivre de l’Afrique avec la pression démographique, le stress hydrique, le stress de la déforestation et de la désertification etc.?

Pr Alexandre/Abdelatif FEKKAK :Pour les leaders africains d’abord, l’idée ou la réponse plutôt est parfaitement résumé en définitive si bien par une expression excellemment bien réfléchie et travaillée, le Feu Président Ronald Reagan,40ePrésidentdes USA durant les années 1981 à 1989 : ‘’The great est leader is not necessarily the one who does the greatest things in politics. He is the one that gets the people to do the greatest things in politics’’.En Français :‘’Le plus grand chef n’est pas forcément celui qui fait le plus de choses en politique. Il est celui qui amène les peuples à faire les plus grandes choses en politique ».

C’est l’un des points fondamentaux de la vision de la Fédération Mondiale de la Diversité Euro-Afrique (FMDEA)et de l’UDLEF (Union Démocratique pour la  Liberté/Egalité/Fraternité) qui sont des amortisseurs des chocs culturels et des préparateurs de l’avenir politique du Fédéralisme entre la société civile et la société politique à la fois de l’Europe/Afrique,- c’est le rôle de ce partenariat social-, de rapprocher les civilisations et les cultures pour ‘’le construit du fédéralisme ensemble par continent’’, voire un amortisseur entre l’Union Européenne et l’Union Africaine en vue de fédérer de la société civile autour de ce projet du fédéralisme et de politiser ce projet de visionnaire pour que les Partis Politiques en Afrique soient sensibilisés et en mesure de prendre des décisions aujourd’hui d’envergure internationale ou continentale.

L’analyse empirique interne de L’Union Européenne jusqu’au 5è sommet de l’Afrique/Europe, confirme ce que l’examen externe de la FMDEA et l’UDLEF laissait déjà prévoir. Il ne faut pas s’attendre à découvrir, de ce 5è Sommet Europe/Afrique, des décisions immédiates, avec la mise en place des structures complexes  et perfectionnées pour la jeunesse et les femmes africaines, en situation difficile, en chômage, sans éducation, sans emploi, sans formation professionnelle, bref sans avenir et sans projet. Ce qui a été décider par 5e sommet Union africaine (UA) et Union Européenne (UE), en date du 30 novembre 2017, c’est une déclaration commune adoptée exposant les priorités communes pour le partenariat UE/UA dans quatre domaines stratégiques:

 

1/ Perspectives économiques pour la jeunesse africaine

2/ Paix et sécurité en Afrique,

3/ Problématique de la mobilité et migration,

4/ Coopération sur la Bonne Gouvernance des leaders politiques en Afrique.

Là aussi aucune thérapie économique de l’Union Européenne, face conséquence de l’immigration massive, non pas d’ordre économique et encore moins de refugiés politiques, mais, une nouvelle type d’immigration d’ordre climatique avec des conséquences de 7 ou 8 scénarios que l’on va plus tard si vous le voulez bien, mais l’Union Européenne qui, n’est pas à l’abri des interrogations des chocs des cultures de l’Afrique.

Des questions de survie de l’Afrique qui, issues de l’imprévisibilité des bouleversements des données géostratégiques, économiques, technologiques, sociales et culturelles, préparent une véritable révolution d’un nouvel ordre numérique, énergétique et climatique du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui avec la mondialisation sans frontière économique, sans frontière politique, sans frontière culturelle, sans frontière satellitaire des images des réseaux sociaux et télévisuelles. La Mondialisation, rien ne lui est sacré en Afrique, elle casse tout, détruit tout, elle n’a pas de principe fondateur.

Le second point de votre question  sur l’Afrique mi-raisin sec et mi-figue : Le développement  de l’Afrique se situe au confluent de deux cultures diamétralement opposées, sinon différentes : l’une afro-orientale qui puisse sa force et ses résistances dans l’Islam et les sectes maraboutiques d’origine païenne, pas très catholique et l’autre occidentale où les acteurs des Etats et les acteurs de la société civile puisent tantôt leur rajeunissement dans la démocratie pour tous et la méritocratie pour chacun, tantôt leurs ruines, sinon leur biodégradabilité chronique en terme géographique.

Si l’Afrique n’adapte pas ou plus à l’Europe parce qu’elle est saturée et qu’elle n’a plus de potentiel pour s’adapter, elle restera l’Afrique dans la protohistoire de l’archéologie sans avenir avec les conséquences des mouvements migratoires de la population du Sud vers le Nord avec la pression démographique et le changement climatique aride et invivable sans barrage hydrique et sans sécurité alimentaire.

 

Biographie du Pr Abdelatif/Alexandre FEKKAK (PES) :Président Mondiale de la Diversité des Euro-Africains (FMDEA), siège

à Bruxelles candidat aux élections européennes sur une liste transnationale européenne. En charge des relations Europe-Afrique

pour l’UDLEF.

Past-Directeur de Recherche des thèses à l’école Doctorale du Groupe ISCAE de Casablanca.

Prof de Management à l’ISCAE (30 ans) et Past-Prof-visiteur à Georgetown University Washington DC (3 ans) et Past-Prof

à l’Université Internationale de Casablanca (UIC) (5 ans). Ex-Président du Groupe GEM+ (Classes prépas scientifiques

et Ens Supérieur). Docteur d’État en Sciences Économique (Université Hassan II Casa 1998), Docteur es Sciences de

gestion ( Paris IX Dauphine 85) et Docteur en Sociologie Politique et Relations Internationales (Paris X Nanterre et

EHESS Paris 76). Secrétaire Général de Maghreb + (5pays) et Past-Président du Rotary Club Californie Casablanca 2010/2012).

Vice-Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales à Casablanca). Vice-Président de MFAA (Ex-Prof-visiteur

aux USA Fullbrighters). Vice-Président des médiateurs et de l’arbitrage internationaux formés par la Banque Mondiale (IFC) de

l’AMEMA (Casa). Blog FEKKAK Abdelatif et Facebook/Fekkak Abdelatif, a géré une chronique hebdo sur la politique étrangère

et la diplomatie sur une Radio pluriel  française (Lyon/Paris) et Radio AlMouatine (Bruxelles). Voire Youtube une 150 émissions

variées sur les sujets d’actualité Européenne et Africaine. A la fois aux candidats aux européennes de l’UDLEF en 2019 et en

Afrique en 2022 (9è circonscription des Français à l’étranger de l’Afrique du Nord et de l’Afrique de l’Ouest).

 

Porte-parole de l’UDLEF, Christian PERSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.