Startup: Hold up à Energy Generation Lomé

Les lauréats du concours panafricain EDF Pulse Africa, au nombre de trois, venant du Kenya, de la Côte d’Ivoire et du Cameroun, ont été au cœur d’hold-up à Energy Generation. Cet évènement s’est déroulé du jeudi 30 mai au vendredi 01 juin 2018 avec des jeunes volontaires de la communauté internationale de Make sense.

N’ayez pas peur ! Il ne s’agit pas de la forme classique de braquage que nous voyons dans les films ou de laquelle l’on parle souvent ( armes, cagoules et vêtements noirs).

Ici, il est question d’une recherche collective d’idées plutôt innovantes. L’objectif est d’apporter, en collaboration avec d’autres jeunes d’horizons diverses, des propositions de solutions ouvertes et libres, voir folles, aux défis que les entrepreneurs sociaux rencontrent et sauront exposer.

Les trois startups, du concours EDF pulse Africa, incubées à EG : Majik Water, Lono et EduAir ont donc partagé leurs défis avec la quinzaine de jeunes dont 6 femmes. Ces défis ont constitué la base des réflexions durant ces trois jours de travaux.

Ainsi, le défi de Majik Water était de trouver le type de client cible pour la startup qui produit de l’eau potable à très bas cout à partir de l’humidité de l’air au Kenya. Beth et Clare, respectivement CEO et CTO de Majik Water ont éclairci ce défi par rapport à l’environnement du Kenya où l’eau potable, produite par les grosses entreprises, coute extrêmement chère par rapport au niveau de vie des ménages moyens.

Le hold up s’est passé donc en trois grande étapes : trouver la meilleure idée pour aider Beth et Clare et de l’autre côté écrire la pire idée qu’elles ne doivent jamais avoir ; transformer la pire idée écrite en sa meilleure version tout en mettant à la poubelle la meilleure idée précédemment proposée, et trouver les 5 bonnes idées de la transformation d’idées pour le concept de la solution.

Ce rituel a été répété avec les deux autres startups. Lono, de la Côte d’Ivoire qui produit des bio-digesteurs ergonomiques pour foyer et micro entreprise avec Louise et Noel qui rencontraient des défis liés à la stratégie à adopter pour faire son étude de marché à moindre coût en milieu rural. Enfin EduAir qui produit des box donnant accès à un large contenu éducatif accessible hors ligne et un box ERP pour les PME africaines aux moyens modestes avec Yannick et Arsène. Le défi de ces derniers était de trouver comment mettre en place une franchise dans d’autres pays.

La participation des jeunes et l’engagement des volontaires de Make sense dans la réalisation de cet évènement sur trois jours a permis aux startups de « trouver des solutions très innovantes et même parfois folles aux défis et de réfléchir même sur une amélioration » d’après Clare de Majik Water. « J’ai tout noté, tout, avec la moindre virgule. Toutes ces idées sont a exploité, à étudier et surtout à planifier » s’exclame Arsène de la startup EduAir.

Ceci vient confirmer le potentiel du continent africain à trouver des solutions innovantes aux défis actuelles des communautés et surtout à refaire de l’Afrique le berceau de l’humanité et une source de richesses.

Rappelons que Make sense, est une association créée en 2011 qui a pour objectif de promouvoir l’entrepreneuriat social par tous les moyens auprès du grand public et des professionnels et qui est influent dans 120 pays du monde. Energy Generation quant à lui est un incubateur d’entreprises sociales dans les énergies au Togo depuis 2016.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *